Après plus d'un an et demi de fermeture, le secteur de la nuit pourra donc enfin rouvrir ses portes. "Je pense que quelques bouteilles vont s'ouvrir ce soir", confie le fondateur de la fédération Brussels By Night Lorenzo Serra. "Nous sommes contents d'avoir été entendus et que le protocole soit établi en suivant notre avis sur le Covid Safe Ticket".

Cependant, cette fermeture se fera également sous certaines conditions. Outre l'obligation du Covid Safe Ticket, c'est bien la mesure concernant la ventilation que redoute le plus le secteur. "Le secteur est déjà équipé mais personne ne sait si la norme demandée sera faisable", souligne Lorenzo Serra. "Il n'y a eu aucun évènement test et c'est pourquoi on demande d'avoir un délai avant de figer la norme".

Enfin, ayant été le seul secteur entièrement fermé depuis le début de la crise sanitaire, beaucoup de clubs se posent également la question de la prolongation du droit passerelle (qui maintient certains droits sociaux avec exemption des cotisations sociales). "Il faut qu'il y ait une réflexion au niveau fédéral pour maintenir le droit passerelle", explique-t-il. "Nous demandons une prolongation de ces droits pour six mois ainsi qu'une continuité du chômage coronavirus".

Après plus d'un an et demi de fermeture, le secteur de la nuit pourra donc enfin rouvrir ses portes. "Je pense que quelques bouteilles vont s'ouvrir ce soir", confie le fondateur de la fédération Brussels By Night Lorenzo Serra. "Nous sommes contents d'avoir été entendus et que le protocole soit établi en suivant notre avis sur le Covid Safe Ticket". Cependant, cette fermeture se fera également sous certaines conditions. Outre l'obligation du Covid Safe Ticket, c'est bien la mesure concernant la ventilation que redoute le plus le secteur. "Le secteur est déjà équipé mais personne ne sait si la norme demandée sera faisable", souligne Lorenzo Serra. "Il n'y a eu aucun évènement test et c'est pourquoi on demande d'avoir un délai avant de figer la norme". Enfin, ayant été le seul secteur entièrement fermé depuis le début de la crise sanitaire, beaucoup de clubs se posent également la question de la prolongation du droit passerelle (qui maintient certains droits sociaux avec exemption des cotisations sociales). "Il faut qu'il y ait une réflexion au niveau fédéral pour maintenir le droit passerelle", explique-t-il. "Nous demandons une prolongation de ces droits pour six mois ainsi qu'une continuité du chômage coronavirus".