"Nous nous félicitons des récentes promesses de dons d'une valeur d'environ 45 milliards de dollars comme une étape vers une ambition mondiale totale de 100 milliards de dollars de contributions volontaires pour les pays les plus dans le besoin", ont indiqué les dirigeants.

Les pays du G20, qui ne s'étaient jusqu'ici jamais accordés sur un montant à reverser aux pays en développement, emboîtent ainsi le pas aux dirigeants du G7, qui s'étaient déjà fixé comme objectif la somme de 100 milliards de dollars à redistribuer notamment au continent africain.

Les DTS sont répartis en fonction des quotes-parts de chaque pays au FMI. Donc en clair, le plus gros va aux pays les plus riches. Sur le papier, l'Afrique ne bénéficierait ainsi que de 34 milliards de dollars, d'où l'idée de certains pays développés de reverser leur part aux plus vulnérables.

Le Canada distribuera aux pays en voie de développement 20% de ses droits de tirage spéciaux émis par le FMI pour accompagner la reprise économique post-Covid, avait annoncé samedi la ministre des Finances Chrystia Freeland.

Auparavant, la France s'était également engagée à "réorienter 20% de l'argent qu'elle reçoit du FMI vers le continent africain", selon l'annonce faite par le président Emmanuel Macron.

"Si toutes les grandes puissances font comme la France, alors nous atteindrons" l'objectif de reverser 100 milliards de dollars à l'Afrique, avait-il déclaré en septembre.

Un engagement similaire portant sur 20% de ses DTS a été pris par le Royaume-Uni, et le Japon a promis de reverser 4 milliards de dollars.

Dimanche enfin, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, dont le pays ne fait pas partie du G20, a annoncé lui aussi que Madrid "allouera(it) 20% de ses DTS" au pays en développement.

"Nous nous félicitons des récentes promesses de dons d'une valeur d'environ 45 milliards de dollars comme une étape vers une ambition mondiale totale de 100 milliards de dollars de contributions volontaires pour les pays les plus dans le besoin", ont indiqué les dirigeants.Les pays du G20, qui ne s'étaient jusqu'ici jamais accordés sur un montant à reverser aux pays en développement, emboîtent ainsi le pas aux dirigeants du G7, qui s'étaient déjà fixé comme objectif la somme de 100 milliards de dollars à redistribuer notamment au continent africain.Les DTS sont répartis en fonction des quotes-parts de chaque pays au FMI. Donc en clair, le plus gros va aux pays les plus riches. Sur le papier, l'Afrique ne bénéficierait ainsi que de 34 milliards de dollars, d'où l'idée de certains pays développés de reverser leur part aux plus vulnérables.Le Canada distribuera aux pays en voie de développement 20% de ses droits de tirage spéciaux émis par le FMI pour accompagner la reprise économique post-Covid, avait annoncé samedi la ministre des Finances Chrystia Freeland.Auparavant, la France s'était également engagée à "réorienter 20% de l'argent qu'elle reçoit du FMI vers le continent africain", selon l'annonce faite par le président Emmanuel Macron."Si toutes les grandes puissances font comme la France, alors nous atteindrons" l'objectif de reverser 100 milliards de dollars à l'Afrique, avait-il déclaré en septembre.Un engagement similaire portant sur 20% de ses DTS a été pris par le Royaume-Uni, et le Japon a promis de reverser 4 milliards de dollars.Dimanche enfin, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, dont le pays ne fait pas partie du G20, a annoncé lui aussi que Madrid "allouera(it) 20% de ses DTS" au pays en développement.