"Les pays du G20 s'engagent à une politique de normalisation bien calibrée, bien planifiée et bien expliquée", a indiqué le gouverneur de la banque centrale indonésienne Perry Warjiyo à l'issue d'une réunion de deux jours du G20 Finances à Jakarta.

"Il est important que ces politiques aient un impact minimum sur les marchés financiers mondiaux ainsi que de réduire leur impact sur les pays en développement", a-t-il souligné à une conférence de presse.

La réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banque centrale du G20, présidé cette année par l'Indonésie, s'est tenue en format "hybride" pour cause de Covid, avec plus de la moitié des délégués participant en ligne.

Si la reprise de l'économie mondiale se poursuit après le choc de la pandémie de coronavirus, les risques se multiplient à l'horizon, ont relevé les participants.

Les grands argentiers ont souligné que les problèmes de chaîne logistique et la hausse des coûts des matières premières, notamment de l'énergie, "contribuaient à augmenter les pressions inflationnistes dans plusieurs pays et représentent des risques potentiels pour les perspectives économiques mondiales", selon le communiqué final.

Si la question de l'Ukraine n'a pas été discutée "de façon spécifique", selon la ministre des Finances indonésienne Sri Mulyani Indrawati, les craintes d'une invasion imminente de l'Ukraine par la Russie et ses conséquences pour l'économie mondiale ont pesé sur la réunion.

"Nous allons aussi continuer à surveiller les principaux risques mondiaux, notamment les tensions géopolitiques qui se développent", ont noté les membres du G20 dans leur communiqué.

L'accélération de l'inflation dans de nombreux pays et le relèvement attendu des taux d'intérêt aux États-Unis pour contrer cet effet, ainsi que la fin des mesures de stimulus, font peser un risque pour la reprise et sur les pays qui connaissent un cycle économique différent.

Les pays émergents craignent notamment des fuites de capitaux vers les marchés proposant des taux d'intérêts plus élevés qui pourraient les déstabiliser.

Le resserrement de la politique monétaire des pays développés vise à contrôler l'inflation qui a commencé à flamber dans certaines économies à cause des problèmes de chaînes logistiques provoqués par la pandémie.

Elle a atteint, aux États-Unis, 7,5% sur un an en janvier, son rythme le plus rapide en près de 40 ans. Et la Fed se prépare à relever ses taux directeurs dès le mois prochain.

"Une forte coopération internationale et une agilité extraordinaire des politiques seront cruciales pour naviguer en une +course d'obstacle+ complexe en 2022", a souligné la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva dans un communiqué publié à l'issue de la réunion.

Le FMI a réduit en janvier à 4,4% sa prévision de croissance mondiale pour l'année en cours.

Concernant les "droits de tirage spéciaux" ou DTS, équivalent à une planche à billets du FMI, et au sujet desquels les pays du G20 se sont engagés à réallouer aux pays pauvres l'équivalent de 100 milliards de dollars, le G20 affirme que les États se sont pour le moment engagés sur un montant de 60 milliards de dollars, et "encourage d'autres annonces de contributions afin d'atteindre l'objectif".

La réunion physique du G20 avait été déplacée de Bali vers la capitale Jakarta au moment où le pays fait face à une vague montante de variant Omicron hautement contagieux, mais peu de délégués ont fait le déplacement.

Les grands argentiers devraient se retrouver en avril à Washington pour leur réunion de printemps.

"Les pays du G20 s'engagent à une politique de normalisation bien calibrée, bien planifiée et bien expliquée", a indiqué le gouverneur de la banque centrale indonésienne Perry Warjiyo à l'issue d'une réunion de deux jours du G20 Finances à Jakarta."Il est important que ces politiques aient un impact minimum sur les marchés financiers mondiaux ainsi que de réduire leur impact sur les pays en développement", a-t-il souligné à une conférence de presse.La réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banque centrale du G20, présidé cette année par l'Indonésie, s'est tenue en format "hybride" pour cause de Covid, avec plus de la moitié des délégués participant en ligne.Si la reprise de l'économie mondiale se poursuit après le choc de la pandémie de coronavirus, les risques se multiplient à l'horizon, ont relevé les participants.Les grands argentiers ont souligné que les problèmes de chaîne logistique et la hausse des coûts des matières premières, notamment de l'énergie, "contribuaient à augmenter les pressions inflationnistes dans plusieurs pays et représentent des risques potentiels pour les perspectives économiques mondiales", selon le communiqué final.Si la question de l'Ukraine n'a pas été discutée "de façon spécifique", selon la ministre des Finances indonésienne Sri Mulyani Indrawati, les craintes d'une invasion imminente de l'Ukraine par la Russie et ses conséquences pour l'économie mondiale ont pesé sur la réunion."Nous allons aussi continuer à surveiller les principaux risques mondiaux, notamment les tensions géopolitiques qui se développent", ont noté les membres du G20 dans leur communiqué.L'accélération de l'inflation dans de nombreux pays et le relèvement attendu des taux d'intérêt aux États-Unis pour contrer cet effet, ainsi que la fin des mesures de stimulus, font peser un risque pour la reprise et sur les pays qui connaissent un cycle économique différent.Les pays émergents craignent notamment des fuites de capitaux vers les marchés proposant des taux d'intérêts plus élevés qui pourraient les déstabiliser.Le resserrement de la politique monétaire des pays développés vise à contrôler l'inflation qui a commencé à flamber dans certaines économies à cause des problèmes de chaînes logistiques provoqués par la pandémie.Elle a atteint, aux États-Unis, 7,5% sur un an en janvier, son rythme le plus rapide en près de 40 ans. Et la Fed se prépare à relever ses taux directeurs dès le mois prochain."Une forte coopération internationale et une agilité extraordinaire des politiques seront cruciales pour naviguer en une +course d'obstacle+ complexe en 2022", a souligné la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva dans un communiqué publié à l'issue de la réunion.Le FMI a réduit en janvier à 4,4% sa prévision de croissance mondiale pour l'année en cours.Concernant les "droits de tirage spéciaux" ou DTS, équivalent à une planche à billets du FMI, et au sujet desquels les pays du G20 se sont engagés à réallouer aux pays pauvres l'équivalent de 100 milliards de dollars, le G20 affirme que les États se sont pour le moment engagés sur un montant de 60 milliards de dollars, et "encourage d'autres annonces de contributions afin d'atteindre l'objectif".La réunion physique du G20 avait été déplacée de Bali vers la capitale Jakarta au moment où le pays fait face à une vague montante de variant Omicron hautement contagieux, mais peu de délégués ont fait le déplacement.Les grands argentiers devraient se retrouver en avril à Washington pour leur réunion de printemps.