La pandémie a entraîné une déstabilisation de l'économie et du commerce mondial faisant craindre une récession inédite depuis la "Grande Dépression" des années 1930.

Le commerce mondial devrait enregistrer "des baisses à deux chiffres" en volume dans presque toutes les régions du monde, a indiqué l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Les ministres du Commerce et de l'Investissement du G20 ont indiqué que les restrictions sur les produits médicaux vitaux et autres produits de première nécessité devaient, si nécessaires, être "proportionnelles, transparentes et temporaires", et ne devaient pas créer "de barrières inutiles au commerce ou une perturbation des chaînes d'approvisionnement".

A l'issue d'une réunion virtuelle organisée par l'Arabie saoudite, qui assure la présidence tournante du groupe, les ministres ont également promis de "s'abstenir d'introduire des restrictions à l'exportation de produits agricoles" et d'éviter "le stockage inutile d'aliments".

Le mois dernier, le Fonds monétaire international et l'OMC ont exprimé leur inquiétude sur des perturbations affectant les chaînes d'approvisionnement en raison de restrictions à l'exportation qui limitent le commerce de produits médicaux clés et de biens alimentaires.

Ils ont appelé les gouvernements à s'abstenir d'imposer de telles restrictions, estimant qu'à terme, cela pourrait prolonger et aggraver la crise sanitaire et économique, "avec les effets les plus graves probablement sur les pays les plus pauvres et les plus vulnérables".

La pandémie a entraîné une déstabilisation de l'économie et du commerce mondial faisant craindre une récession inédite depuis la "Grande Dépression" des années 1930.Le commerce mondial devrait enregistrer "des baisses à deux chiffres" en volume dans presque toutes les régions du monde, a indiqué l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).Les ministres du Commerce et de l'Investissement du G20 ont indiqué que les restrictions sur les produits médicaux vitaux et autres produits de première nécessité devaient, si nécessaires, être "proportionnelles, transparentes et temporaires", et ne devaient pas créer "de barrières inutiles au commerce ou une perturbation des chaînes d'approvisionnement".A l'issue d'une réunion virtuelle organisée par l'Arabie saoudite, qui assure la présidence tournante du groupe, les ministres ont également promis de "s'abstenir d'introduire des restrictions à l'exportation de produits agricoles" et d'éviter "le stockage inutile d'aliments".Le mois dernier, le Fonds monétaire international et l'OMC ont exprimé leur inquiétude sur des perturbations affectant les chaînes d'approvisionnement en raison de restrictions à l'exportation qui limitent le commerce de produits médicaux clés et de biens alimentaires.Ils ont appelé les gouvernements à s'abstenir d'imposer de telles restrictions, estimant qu'à terme, cela pourrait prolonger et aggraver la crise sanitaire et économique, "avec les effets les plus graves probablement sur les pays les plus pauvres et les plus vulnérables".