Le déficit des finances de l'Etat fédéral s'est établi à 779 milliards de dollars sur les douze mois de l'année budgétaire, clos fin septembre, contre 666 milliards en 2017, selon les chiffres du Trésor américain publiés lundi. Il s'agit de son plus haut niveau depuis 2012, a indiqué l'administration Trump.

Il reste toutefois inférieur aux prévisions des services du budget du Congrès, note le Trésor dans un communiqué. Au total, les dépenses de l'Etat se sont inscrites en hausse de 3% à 4.108 milliards de dollars tandis que les recettes sont restées quasiment stables à 3.329 milliards après 3.315 milliards en 2017.

Dans le détail, le budget consacré aux programmes militaires est en hausse de 6% à 601 milliards de dollars et celui alloué à la sécurité nationale a augmenté de 35% à 68 milliards, selon les données détaillées du Trésor. Mesure phare de son mandat, la réforme fiscale adoptée fin 2017 -la plus importante depuis 30 ans- a réduit certains impôts sur le revenu, et surtout abaissé nettement l'impôt sur les sociétés, de 35% à 21%.

Résultat, les recettes fiscales sur les entreprises ont diminué de 22% à 263 milliards tandis que les recettes liées aux impôts des ménages n'ont augmenté que de 1% à 2.379 milliards. La politique menée par Donald Trump a "mis plus d'argent dans les poches des Américains qui travaillent dur", a commenté le Trésor, ajoutant que l'administration travaillerait avec les membres du Congrès pour réduire le déficit budgétaire. Le budget consacré à l'éducation a, lui, fondu de 43% à 64 milliards, effaçant l'augmentation (45%) enregistrée lors de l'exercice précédent.