Forcément polémique, ce budget se distingue par une série de nouvelles mesures, notamment en matière de santé et de mobilité, mais aussi par des choix plus inattendus qui raviront les acteurs de l'industrie audiovisuelle. Le fonds d'investissement Wallimage - créé en 2001 pour dynamiser le secteur du cinéma en Région wallonne - ...

Forcément polémique, ce budget se distingue par une série de nouvelles mesures, notamment en matière de santé et de mobilité, mais aussi par des choix plus inattendus qui raviront les acteurs de l'industrie audiovisuelle. Le fonds d'investissement Wallimage - créé en 2001 pour dynamiser le secteur du cinéma en Région wallonne - voit ainsi son enveloppe annuelle augmenter de 4,6 millions sur proposition du ministre de l'Economie Pierre-Yves Jeholet. Basé à Mons, Wallimage agit comme une entreprise de conseils en investissement qui intervient à deux niveaux. D'une part, l'investissement direct dans des projets de films (parfois étrangers) ou des séries télé qui génèrent des dépenses en Wallonie (via sa filiale Wallimage Coproductions) et, d'autre part, le financement d'entreprises audiovisuelles 100 % wallonnes par le prêt d'argent ou la prise de participation dans ces sociétés (via sa filiale Wallimage Entreprises). Complémentaires, ces deux entités voient ainsi leurs moyens respectivement augmenter de 1,5 million et 2,6 millions d'euros, sans oublier une enveloppe de 500.000 euros supplémentaires destinée à la structure faîtière Wallimage pour mieux coordonner l'accueil des tournages en Wallonie et mettre en oeuvre des actions de promotion. Petite cerise sur le gâteau d'un secteur résolument porteur : dans cette enveloppe de 4,6 millions fraîchement ajoutée au budget de Wallimage, un million sera exclusivement dédié au soutien de la jeune industrie du jeu vidéo en Région wallonne.