Le pic d'inflation va donc profiter au budget, ce qui peut, selon le président du SERV Hans Maertens, permettre au gouvernement de "revenir plus rapidement que prévu à des finances publiques plus tenables".

Mais "on n'y est pas encore", prévient-il. L'évolution de l'inflation est ainsi incertaine. S'il y a de l'espace dans le budget, mieux vaut investir que d'engager des dépenses récurrentes, estime-t-il.

La dette flamande est elle aussi revue à la baisse dans la dernière évaluation: 44 milliards d'euros en 2024.

Le pic d'inflation va donc profiter au budget, ce qui peut, selon le président du SERV Hans Maertens, permettre au gouvernement de "revenir plus rapidement que prévu à des finances publiques plus tenables". Mais "on n'y est pas encore", prévient-il. L'évolution de l'inflation est ainsi incertaine. S'il y a de l'espace dans le budget, mieux vaut investir que d'engager des dépenses récurrentes, estime-t-il. La dette flamande est elle aussi revue à la baisse dans la dernière évaluation: 44 milliards d'euros en 2024.