D'ici vendredi, Alexander De Croo est bien décidé à finaliser le tant attendu "baromètre corona", un outil censé déterminer un ensemble de règles selon l'évolution de l'épidémie et apporter davantage de prévisibilité aux différents secteurs concernés. Les mesures de ce baromètre ne s'appliqueront pas automatiquement, un Codeco devra toujours trancher dans une phase ou l'autre de l'épidémie.
...

D'ici vendredi, Alexander De Croo est bien décidé à finaliser le tant attendu "baromètre corona", un outil censé déterminer un ensemble de règles selon l'évolution de l'épidémie et apporter davantage de prévisibilité aux différents secteurs concernés. Les mesures de ce baromètre ne s'appliqueront pas automatiquement, un Codeco devra toujours trancher dans une phase ou l'autre de l'épidémie.Le baromètre comporte trois niveaux de risque, détaille le journal L'Echo. L'idée est de passer d'un palier à l'autre selon des critères bien définis de gravité de l'épidémie. Le premier (phase verte) suppose moins de 65 admissions par jour à l'hôpital, et moins de 300 lits occupés aux soins intensifs. Le deuxième niveau (phase orange) est activé entre 65 et 149 admissions par jour, et jusqu'à 500 lits occupés en soins intensifs. Enfin, le niveau 3 (rouge) est enclenché si l'on dépasse ces chiffres, ce qui correspond à la situation actuelle de la vague Omicron.Le Soir dévoile ce mardi le projet dans son état le plus récent et abouti. Le journal francophone avance que le baromètre ne s'appliquera qu'à quelques secteurs : les événements publics (sports, culture et autres) de plus de 50 personnes, l'horeca (en ce compris le monde de la nuit) et les activités pour la jeunesse. A l'heure actuelle, l'enseignement, que les autorités veulent préserver à tout prix, ne fait pas partie de la logique de ce baromètre. Plus aucune fermeture généralisée de l'horeca au sens large (restaurants, cafés, réception de mariages ou enterrements,...) n'est prévue par le baromètre, si les clients sont assis. En revanche, en phase rouge, une heure de fermeture peut être prévue, rapporte Le Soir.Le quotidien détaille les différentes mesures que le "baromètre Corona" prévoit pour l'horeca. Dans les cas où les clients sont assis ou se déplacent calmement et occasionnellement, le masque (FFP2) est simplement conseillé pour les personnes vulnérables, des compteurs CO2 doivent être installés et une analyse du risque et un plan d'action doivent être établis. Il est possible de consommer debout. Le CST sera requis et le masque sera obligatoire pour le personnel. Les tables sont réduites à 8 personnes et 1,5 mètre entre les tables. Il reste possible de consommer debout. CST et masque obligatoires pour tous, heure de fermeture dès 23 heures dans le pire des cas, et table de 6. Pas de consommation possible debout.Pour l'horeca, il y a aussi des règles pour les activités extérieures statiques (barbecues ou fêtes extérieures assises). En phase verte, il n'y a pas de mesures contraignantes. En phase orange, le CST sera obligatoire dès 100 personnes et le masque sera obligatoire pour le personnel. En phase rouge, une fermeture à 23 heures pourra être imposée. Pas plus de 6 à table.Concernant le monde de la nuit, les discothèques, les cafés dansants, les mariages : en phase verte, le CST est obligatoire. En phase orange s'ajoute une limitation de la capacité à 60 %. En phase rouge, ces activités sont interdites.Le baromètre s'intéresse d'abord aux événements intérieurs dits "statiques", avec un public "assis regardant en silence ou criant, acclamant, chantant", explique Le Soir. Ce terme englobe la culture, les conférences, les séminaires, les événements divers. En phase verte, le masque FFP2 est simplement conseillé aux personnes vulnérables. En phase orange, le Covid Safe Ticket est requis dès que l'assistance atteint 50 personnes. Le masque est obligatoire. Et la capacité est réduite à 60 %. En phase rouge, ce sont les mêmes mesures, mais des heures de fermeture peuvent être imposées (à partir de 23 heures). La capacité est réduite à 50 %, rapporte encore le quotidien francophone. Pour les festivals et autres concerts extérieurs, les mêmes règles sont appliquées, sauf que tout est interdit en phase rouge. Le baromètre doit encore être affiné et faire l'objet de discussions au sein du gouvernement fédéral.En ce qui concerne le Codeco prévu ce vendredi 21 janvier, quelques assouplissements sont dans l'air, relaie De Morgen. Par exemple, un nombre limité de supporters serait à nouveau autorisé dans le stade de football. Au théâtre, au cinéma et, par exemple, lors d'un match de basket en salle, il n'y aurait plus de limite de 200 spectateurs, mais la taille de la salle et le nombre de personnes pouvant s'asseoir à une distance sûre les unes des autres seraient pris en compte.Si le Codeco choisit d'activer le code "orange" du "baromètre corona", une plus grande flexibilité serait introduite d'un coup. Les discothèques seraient alors autorisées à rouvrir et il sera autorisé de danser lors des concerts de musique, mais dans des conditions strictes. Selon De Morgen, il est à supposer, à ce stade de la vague Omicron, que les responsables politiques opteraient pour le code "rouge". Une décision plus prudente, car les nombreuses hospitalisations actuelles se traduisent souvent par un taux d'occupation plus élevé aux soins intensifs.