J'ai reçu, il y a quelques jours, une vidéo humoristique dans laquelle une certaine Natacha disait, à qui voulait l'entendre, qu'elle voulait remercier les Américains. Pourquoi les remercier ? Mais parce qu'ils ont décidé de priver son peuple de marques comme Coca-Cola, KFC, McDonald. Loin de s'en plaindre, Natacha nous dit dans un fort accent russe qu'elle sait que les Américains l'ont fait uniquement pour la santé de son peuple. Pour éviter aux Russes de grossir en ingurgitant ou en buvant des produits trop sucrés ou trop gras. Dans sa vidéo, Natacha dit qu'elle nous remercie du fonds du coeur et que le peuple russe se sent redevable. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les dirigeants russes nous coupent le pétrole et le gaz. Ils le font uniquement pour nous permettre de ne plus utiliser nos voitures et nous forcer ainsi à marcher beaucoup plus. Natacha ajoute qu'elle sait que c'est bon pour notre santé. Natacha termine sa vidéo par un vibrant "From Russia with love".

Vous savez, je me demande si l'auteur de cette vidéo humoristique n'est pas plus forte que les "experts" qui ont envahi nos écrans depuis l'invasion de l'Ukraine. On a en effet privé les Russes de McDonald, on a privé les oligarques de leurs yachts, on a imposé des sanctions économiques et financières à la Russie. Je crois même qu'il y a eu plus de vagues de sanctions que de vagues de COVID. Pourtant, la Russie loin de s'effondrer reste debout. Chaque jour qui passe elle grignote un bout de territoire en plus en Ukraine. Sa devise, le rouble, est en pleine forme, et les caisses de l'Etat russe sont pleines à craquer du fait que - paradoxalement - les sanctions ont fait grimper artificiellement les prix des hydrocarbures.

En résumé, ce n'est pas politiquement correct de le dire, mais pour l'instant le film qui se déroule sous nos yeux, aurait pu s'intituler : le "sanctionneur sanctionné" comme l'écrit joliment Marc Fiorentino. Je le dis, parce que les sanctions russes semblent, elles, fonctionner. La preuve, tous les jours nos médias nous posent la question de savoir comment nous allons passer l'hiver. Nous sommes en pleine canicule en Europe, et nos dirigeants passent leur temps à trouver des stratagèmes pour savoir comment nous pourrons nous passer du gaz russe cet hiver. Les mêmes spécialistes abonnés aux erreurs de jugement nous disent que ces sanctions russes vont entrainer une envolée des cours du pétrole, une explosion des prix, donc une récession et donc une chute de 20% de la Bourse.

Pendant ce temps, nos gouvernements n'osent pas trop imposer à leurs populations de faire des gestes simples pour diminuer fortement notre dépendance aux gaz et pétrole russe. La raison est un peu cachée, mais après avoir infantilisé la population pendant les deux années de COVID avec les gestes barrières et plein d'autres interdictions, la plupart des gouvernements sont comme tétanisés à l'idée d'imposer une véritable campagne sur les économies d'énergies.

Le politique, le chef d'entreprise ou les médias qui oseraient insister sur le fait qu'il faut absolument baisser le chauffage, la climatisation, la consommation de carburant seraient immédiatement traités de privilégié, nous dit Le Figaro. Les amateurs de série TV et notamment ceux et celles qui ont regardé la série Game of Thrones ont compris que cette séquence radio aurait pu s'intituler : Winter is coming !

J'ai reçu, il y a quelques jours, une vidéo humoristique dans laquelle une certaine Natacha disait, à qui voulait l'entendre, qu'elle voulait remercier les Américains. Pourquoi les remercier ? Mais parce qu'ils ont décidé de priver son peuple de marques comme Coca-Cola, KFC, McDonald. Loin de s'en plaindre, Natacha nous dit dans un fort accent russe qu'elle sait que les Américains l'ont fait uniquement pour la santé de son peuple. Pour éviter aux Russes de grossir en ingurgitant ou en buvant des produits trop sucrés ou trop gras. Dans sa vidéo, Natacha dit qu'elle nous remercie du fonds du coeur et que le peuple russe se sent redevable. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les dirigeants russes nous coupent le pétrole et le gaz. Ils le font uniquement pour nous permettre de ne plus utiliser nos voitures et nous forcer ainsi à marcher beaucoup plus. Natacha ajoute qu'elle sait que c'est bon pour notre santé. Natacha termine sa vidéo par un vibrant "From Russia with love".Vous savez, je me demande si l'auteur de cette vidéo humoristique n'est pas plus forte que les "experts" qui ont envahi nos écrans depuis l'invasion de l'Ukraine. On a en effet privé les Russes de McDonald, on a privé les oligarques de leurs yachts, on a imposé des sanctions économiques et financières à la Russie. Je crois même qu'il y a eu plus de vagues de sanctions que de vagues de COVID. Pourtant, la Russie loin de s'effondrer reste debout. Chaque jour qui passe elle grignote un bout de territoire en plus en Ukraine. Sa devise, le rouble, est en pleine forme, et les caisses de l'Etat russe sont pleines à craquer du fait que - paradoxalement - les sanctions ont fait grimper artificiellement les prix des hydrocarbures. En résumé, ce n'est pas politiquement correct de le dire, mais pour l'instant le film qui se déroule sous nos yeux, aurait pu s'intituler : le "sanctionneur sanctionné" comme l'écrit joliment Marc Fiorentino. Je le dis, parce que les sanctions russes semblent, elles, fonctionner. La preuve, tous les jours nos médias nous posent la question de savoir comment nous allons passer l'hiver. Nous sommes en pleine canicule en Europe, et nos dirigeants passent leur temps à trouver des stratagèmes pour savoir comment nous pourrons nous passer du gaz russe cet hiver. Les mêmes spécialistes abonnés aux erreurs de jugement nous disent que ces sanctions russes vont entrainer une envolée des cours du pétrole, une explosion des prix, donc une récession et donc une chute de 20% de la Bourse. Pendant ce temps, nos gouvernements n'osent pas trop imposer à leurs populations de faire des gestes simples pour diminuer fortement notre dépendance aux gaz et pétrole russe. La raison est un peu cachée, mais après avoir infantilisé la population pendant les deux années de COVID avec les gestes barrières et plein d'autres interdictions, la plupart des gouvernements sont comme tétanisés à l'idée d'imposer une véritable campagne sur les économies d'énergies. Le politique, le chef d'entreprise ou les médias qui oseraient insister sur le fait qu'il faut absolument baisser le chauffage, la climatisation, la consommation de carburant seraient immédiatement traités de privilégié, nous dit Le Figaro. Les amateurs de série TV et notamment ceux et celles qui ont regardé la série Game of Thrones ont compris que cette séquence radio aurait pu s'intituler : Winter is coming !