"Etant donné que le refus de prolonger cette licence rend impossible de continuer à honorer la dette extérieure en dollars, les remboursements se feront en devise russe avec la possibilité de les convertir ensuite en devise originale via le National Settlement Depository (NSD) qui servira d'agent-payeur", affirme le ministère dans un communiqué.

Le NSD est un organisme russe centralisé chargé du dépôt des titres financiers échangés dans le pays.

"Le ministère russe des Finances, en tant qu'emprunteur responsable, assure de sa volonté de continuer à honorer et rembourser toutes ses obligations financières", souligne le communiqué.

"La situation actuelle n'a rien de commun avec la situation de 1998, quand la Russie n'avait pas assez de fonds pour rembourser ses dettes", a déclaré le ministre des Finances Anton Silouanov, cité dans le communiqué. "Aujourd'hui nous avons l'argent, et la volonté de payer est là aussi".

"Cette situation créée artificiellement par un pays inamical n'aura pas d'effet sur la vie des Russes", a-t-il assuré.

Mardi, le Trésor américain a annoncé avoir décidé de mettre fin à partir de 00H01 mercredi heure de Washington, à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars.

En place depuis le début des sanctions occidentales contre la Russie, en représailles à la guerre en Ukraine, cette exemption avait permis à Moscou d'échapper au défaut de paiement.

Elle avait été décidée par Washington pour "permettre une transition ordonnée et aux investisseurs de vendre leurs titres", avait expliqué la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen la semaine dernière.

La ministre de Joe Biden avait alors indiqué que cette exemption prendrait "probablement" fin.

La mesure de Washington prend effet deux jours avant la prochaine échéance de paiement pour Moscou, qui porte sur un peu plus de 100 millions de dollars d'intérêts sur deux obligations.

Selon le Wall Street Journal citant l'agence de presse russe officielle Tass, les autorités se seraient toutefois déjà acquittées du paiement de ces intérêts.

Outre l'échéance du 27 mai, le gouvernement russe doit encore honorer 12 paiements d'ici la fin de l'année.

La Russie ne pouvait déjà plus rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines, dans le cadre des sanctions renforcées prises par les Etats-Unis le 5 avril.

La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, avait reconnu le 29 avril que Moscou était confrontée à des "difficultés de paiements" mais elle s'était refusée à parler de défaut de paiement potentiel.

La dette extérieure de la Russie représente, selon son ministère des Finances, environ 4.500 à 4.700 milliards de roubles (quelque 78 à 81 milliards de dollars au taux actuel), soit 20% de la dette publique totale.

"Etant donné que le refus de prolonger cette licence rend impossible de continuer à honorer la dette extérieure en dollars, les remboursements se feront en devise russe avec la possibilité de les convertir ensuite en devise originale via le National Settlement Depository (NSD) qui servira d'agent-payeur", affirme le ministère dans un communiqué.Le NSD est un organisme russe centralisé chargé du dépôt des titres financiers échangés dans le pays. "Le ministère russe des Finances, en tant qu'emprunteur responsable, assure de sa volonté de continuer à honorer et rembourser toutes ses obligations financières", souligne le communiqué."La situation actuelle n'a rien de commun avec la situation de 1998, quand la Russie n'avait pas assez de fonds pour rembourser ses dettes", a déclaré le ministre des Finances Anton Silouanov, cité dans le communiqué. "Aujourd'hui nous avons l'argent, et la volonté de payer est là aussi"."Cette situation créée artificiellement par un pays inamical n'aura pas d'effet sur la vie des Russes", a-t-il assuré.Mardi, le Trésor américain a annoncé avoir décidé de mettre fin à partir de 00H01 mercredi heure de Washington, à une exemption permettant à Moscou de payer ses dettes en dollars.En place depuis le début des sanctions occidentales contre la Russie, en représailles à la guerre en Ukraine, cette exemption avait permis à Moscou d'échapper au défaut de paiement.Elle avait été décidée par Washington pour "permettre une transition ordonnée et aux investisseurs de vendre leurs titres", avait expliqué la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen la semaine dernière.La ministre de Joe Biden avait alors indiqué que cette exemption prendrait "probablement" fin.La mesure de Washington prend effet deux jours avant la prochaine échéance de paiement pour Moscou, qui porte sur un peu plus de 100 millions de dollars d'intérêts sur deux obligations.Selon le Wall Street Journal citant l'agence de presse russe officielle Tass, les autorités se seraient toutefois déjà acquittées du paiement de ces intérêts.Outre l'échéance du 27 mai, le gouvernement russe doit encore honorer 12 paiements d'ici la fin de l'année.La Russie ne pouvait déjà plus rembourser sa dette avec des dollars détenus dans des banques américaines, dans le cadre des sanctions renforcées prises par les Etats-Unis le 5 avril.La gouverneure de la banque centrale russe, Elvira Nabioullina, avait reconnu le 29 avril que Moscou était confrontée à des "difficultés de paiements" mais elle s'était refusée à parler de défaut de paiement potentiel.La dette extérieure de la Russie représente, selon son ministère des Finances, environ 4.500 à 4.700 milliards de roubles (quelque 78 à 81 milliards de dollars au taux actuel), soit 20% de la dette publique totale.