Une première depuis 1918
...

Une première depuis 1918La Russie a été mise ce lundi en défaut de paiement sur sa dette extérieure, celle qui est libellée en devises étrangères. C'est une première depuis 1918. La Russie avait été déclarée en défaut en 1998, mais c'était sur sa dette intérieure, libellée en roubles. Le pays avait aussi été obligé de déclarer un moratoire sur le paiement de sa dette extérieure à ce moment.Mais que se passe-t-il aujourd'hui ?"La Russie avait à payer, le 27 mai, des coupons, donc des intérêts, pour 29 millions d'euros sur des obligations émises en euros, et pour 71 millions de dollars sur des obligations émises en dollars. Ensemble, ces paiements d'intérêts représentent à peu près 100 millions de dollars, explique Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of Management."Normalement, poursuit-il, le paiement des coupons par la Russie aux investisseurs occidentaux doit suivre une procédure bien précise. La banque russe du gouvernement russe doit envoyer l'argent des coupons à une banque correspondante sur le territoire d'un pays occidental. Cette banque correspondante envoie alors l'argent des coupons à la banque qui a été désignée par le contrat d'émission obligataire comme l'agent payeur. Ensuite cette banque agent payeur envoie l'argent des coupons à une chambre de compensation. Cette chambre de compensation peut alors envoyer l'argent des coupons aux différentes banques dépositaires de titres, chez qui sont stockées les obligations détenues par les investisseurs. Ces banques dépositaires de titres paient alors les coupons aux investisseurs. Au départ, bien que des sanctions aient été promulguées contre la Russie, ses paiements des coupons aux investisseurs occidentaux ont été possibles parce que les autorités américaines compétentes, l'OFAC, avait accordé une dérogation aux banques et organismes financiers des États-Unis pour participer aux paiements d'intérêt ou principal sur les obligations russes, jusqu'au 25 mai."Impossibilité de payerMais l'OFAC n'a pas prolongé cette dérogation après le 25 mai. La Russie avait néanmoins encore un mois pour payer ses intérêts sur sa dette avant d'être vraiment déclarée en défaut, mais n'a pas réussi à trouver de solution, puisqu'il est désormais interdit aux banques correspondantes, aux agents payeurs, aux chambres de compensation ou aux dépositaires de participer au paiement en recevant l'argent provenant du gouvernement russe, explique encore Éric Dor.Ce défaut est donc la conséquence d'une coupure de la Russie du système financier, et non d'un manque d'argent dans les caisses. C'est ce qui a fait dire au ministre russe des Finances que ce défaut de paiement était "une farce".