"Tout cela n'est rien de plus que des inventions. Il n'y a rien eu de tel", a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Premier ministre russe Vladimir Poutine, cité par l'agence Interfax.

Dans un récit intitulé "On the Brink" ("Sur le bord"), M. Paulson écrit qu'alors qu'il était à Pékin aux jeux Olympiques, en août 2008, il s'était fait raconter que Moscou avait voulu mettre en difficulté ces deux entreprises vitales pour le marché immobilier des Etats-Unis.

"Des responsables russes avaient fait une approche au plus haut niveau des Chinois, en suggérant qu'ensemble ils pourraient vendre d'énormes morceaux de ce qu'ils détenaient de ces entreprises afin de forcer les Etats-Unis à utiliser leurs pouvoirs d'exception pour les renflouer", écrit l'ancien secrétaire au Trésor.

"Les Chinois avaient refusé de s'associer à cette entreprise de déstabilisation, mais l'histoire était profondément troublante", s'émeut-il.

Trends.be, avec Belga

"Tout cela n'est rien de plus que des inventions. Il n'y a rien eu de tel", a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du Premier ministre russe Vladimir Poutine, cité par l'agence Interfax. Dans un récit intitulé "On the Brink" ("Sur le bord"), M. Paulson écrit qu'alors qu'il était à Pékin aux jeux Olympiques, en août 2008, il s'était fait raconter que Moscou avait voulu mettre en difficulté ces deux entreprises vitales pour le marché immobilier des Etats-Unis. "Des responsables russes avaient fait une approche au plus haut niveau des Chinois, en suggérant qu'ensemble ils pourraient vendre d'énormes morceaux de ce qu'ils détenaient de ces entreprises afin de forcer les Etats-Unis à utiliser leurs pouvoirs d'exception pour les renflouer", écrit l'ancien secrétaire au Trésor. "Les Chinois avaient refusé de s'associer à cette entreprise de déstabilisation, mais l'histoire était profondément troublante", s'émeut-il. Trends.be, avec Belga