Mme Pelosi a entamé cette semaine une tournée dans plusieurs pays asiatiques qui risque de faire monter les tensions entre la Chine et les Etats-Unis en raison d'une visite à Taïwan non confirmée mais de plus en plus probable. "Tout ce qui est lié à cette tournée et un possible déplacement à Taïwan est une pure provocation. Cela aggrave la situation dans la région et renforce les tensions", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous sommes en solidarité absolue avec la Chine, dont l'attitude à l'égard de ce problème est compréhensible et tout à fait justifiée", a-t-il ajouté. "Au lieu de respecter la sensibilité (de Pékin sur Taïwan), les Etats-Unis choisissent malheureusement la voie de la confrontation, ce qui n'annonce rien de bon", a poursuivi M. Peskov.

Le porte-parole du Kremlin a en outre ajouté que les forces armées russes se tenaient prêtes à "assurer la sécurité des frontières" de leur pays en cas de "situations de provocation".

Les tensions autour de Taïwan n'ont cessé de se renforcer ces derniers jours. Pékin considère l'île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire, et a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de Mme Pelosi qui serait vécue comme une provocation majeure.

La Russie, de plus en plus isolée sur la scène internationale depuis son intervention en Ukraine et souffrant économiquement des sanctions occidentales, a apporté un soutien franc à la Chine, dont elle s'efforce de se rapprocher. L'offensive militaire que mène Moscou en Ukraine a suscité la crainte de voir la Chine profiter du détournement de l'attention de la communauté internationale pour faire de même à Taïwan.

Avant M. Peskov, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait accusé mardi Washington de "déstabiliser le monde" en provoquant des tensions autour de Taïwan.

Mme Pelosi a entamé cette semaine une tournée dans plusieurs pays asiatiques qui risque de faire monter les tensions entre la Chine et les Etats-Unis en raison d'une visite à Taïwan non confirmée mais de plus en plus probable. "Tout ce qui est lié à cette tournée et un possible déplacement à Taïwan est une pure provocation. Cela aggrave la situation dans la région et renforce les tensions", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous sommes en solidarité absolue avec la Chine, dont l'attitude à l'égard de ce problème est compréhensible et tout à fait justifiée", a-t-il ajouté. "Au lieu de respecter la sensibilité (de Pékin sur Taïwan), les Etats-Unis choisissent malheureusement la voie de la confrontation, ce qui n'annonce rien de bon", a poursuivi M. Peskov.Le porte-parole du Kremlin a en outre ajouté que les forces armées russes se tenaient prêtes à "assurer la sécurité des frontières" de leur pays en cas de "situations de provocation". Les tensions autour de Taïwan n'ont cessé de se renforcer ces derniers jours. Pékin considère l'île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire, et a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de Mme Pelosi qui serait vécue comme une provocation majeure.La Russie, de plus en plus isolée sur la scène internationale depuis son intervention en Ukraine et souffrant économiquement des sanctions occidentales, a apporté un soutien franc à la Chine, dont elle s'efforce de se rapprocher. L'offensive militaire que mène Moscou en Ukraine a suscité la crainte de voir la Chine profiter du détournement de l'attention de la communauté internationale pour faire de même à Taïwan.Avant M. Peskov, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, avait accusé mardi Washington de "déstabiliser le monde" en provoquant des tensions autour de Taïwan.