Ce premier échange au sujet de cette réforme fiscale est l'occasion pour tous les groupes politiques d'avoir la possibilité de partager leurs visions au-delà des clivages politiques.

"Le travail d'étude pour la réforme fiscale plus large bat son plein. Mais avant de travailler sur un plan, je pense qu'il est important d'engager un dialogue aussi large que possible, déclare Vincent Van Peteghem, Vice-Premier ministre et ministre des Finances. Car cette réforme doit aller au-delà de la législature actuelle et préparer notre pays à l'avenir. Nous devons réfléchir sérieusement et fondamentalement à l'avenir de notre fiscalité, sans tabous."

Comme convenu dans l'accord de gouvernement, ce gouvernement veut travailler sur une réforme fiscale plus large. En effet, le système fiscal belge se caractérise par de nombreuses exceptions, des régimes d'exonération et des différences de traitement au sein des différents domaines fiscaux, souligne le communiqué. Le système doit être simple, clair et équitable.

"La complexité de notre système fiscal a été créée en procédant sans cesse à des ajustements partiels. Une déduction ici, une taxe supplémentaire là. Je veux éviter autant que possible de poursuivre cette approche. Nous devons réformer de manière cohérente. Une réforme profonde pourrait constituer un levier fort pour les différents engagements de ce gouvernement. Mais aussi et surtout parce que je suis convaincu qu'il est urgent de réformer pour donner de l'oxygène à nos familles et à nos entrepreneurs pour les décennies à venir", conclut le ministre des Finances.

Ce premier échange au sujet de cette réforme fiscale est l'occasion pour tous les groupes politiques d'avoir la possibilité de partager leurs visions au-delà des clivages politiques."Le travail d'étude pour la réforme fiscale plus large bat son plein. Mais avant de travailler sur un plan, je pense qu'il est important d'engager un dialogue aussi large que possible, déclare Vincent Van Peteghem, Vice-Premier ministre et ministre des Finances. Car cette réforme doit aller au-delà de la législature actuelle et préparer notre pays à l'avenir. Nous devons réfléchir sérieusement et fondamentalement à l'avenir de notre fiscalité, sans tabous."Comme convenu dans l'accord de gouvernement, ce gouvernement veut travailler sur une réforme fiscale plus large. En effet, le système fiscal belge se caractérise par de nombreuses exceptions, des régimes d'exonération et des différences de traitement au sein des différents domaines fiscaux, souligne le communiqué. Le système doit être simple, clair et équitable."La complexité de notre système fiscal a été créée en procédant sans cesse à des ajustements partiels. Une déduction ici, une taxe supplémentaire là. Je veux éviter autant que possible de poursuivre cette approche. Nous devons réformer de manière cohérente. Une réforme profonde pourrait constituer un levier fort pour les différents engagements de ce gouvernement. Mais aussi et surtout parce que je suis convaincu qu'il est urgent de réformer pour donner de l'oxygène à nos familles et à nos entrepreneurs pour les décennies à venir", conclut le ministre des Finances.