Ainsi, dans les années 2000, la quasi-disparition de toute prime de risque associée aux pays membres de la zone euro traduisait la confiance des marchés dans la monnaie unique. Cependant, depuis 2010 et la crise de la dette, les choses ont bien changé. Les risques implicites de change qu'impliquerait un éclatement de la zone euro ou de défaut comme ce fut le cas en Grèce, font fluctuer les primes de risque des obligations souveraines. La dynamique économique est ici importante, en raison de son impact sur la santé des finances publiques de chaque pays.
...