Auparavant, excès de vitesse était généralement synonyme de paperasserie, entre l'envoi du procès-verbal, le formulaire de contestation de l'infraction, une lettre d'invitation à payer et, éventuellement, un ou deux rappels de paiement. Un travail "titanesque" pour les services de police, alors que 4,4 millions de perceptions immédiates, environ un million de rappels de paiement et 600.000 formulaires de contestation sont envoyés par lettre chaque année, souligne le cabinet.

Depuis 2017, la plateforme numérique générale Just on web, qui héberge les sites "amendesroutieres.be" et "votreamende.be" (pour les autres types d'amende), a permis une automatisation qui a fait passer le coût annuel moyen de l'émission et du recouvrement des amendes routières de 171 millions d'euros à 136 millions d'euros, soit une économie de 35 millions.

Ce gain permet à la police de se concentrer davantage sur ses missions principales, telles que la constatation des infractions et la recherche de leurs auteurs pour plus de sécurité routière, se réjouit le ministère. "Avec 44 tués sur la route par million d'habitants, la mortalité sur les routes belges est supérieure à la moyenne européenne. Nous faisons nettement moins bien que nos voisins français (39), allemand (33) et néerlandais (31)", remarque-t-il.

La création d'un "parquet national de la circulation unifié", pour lequel la phase de recrutement est en cours, offrira un meilleur suivi des récidivistes et sonnera progressivement le glas des marges de tolérance et quotas pour les radars tronçons sur les autoroutes, promet le cabinet du vice-Premier ministre.

Auparavant, excès de vitesse était généralement synonyme de paperasserie, entre l'envoi du procès-verbal, le formulaire de contestation de l'infraction, une lettre d'invitation à payer et, éventuellement, un ou deux rappels de paiement. Un travail "titanesque" pour les services de police, alors que 4,4 millions de perceptions immédiates, environ un million de rappels de paiement et 600.000 formulaires de contestation sont envoyés par lettre chaque année, souligne le cabinet. Depuis 2017, la plateforme numérique générale Just on web, qui héberge les sites "amendesroutieres.be" et "votreamende.be" (pour les autres types d'amende), a permis une automatisation qui a fait passer le coût annuel moyen de l'émission et du recouvrement des amendes routières de 171 millions d'euros à 136 millions d'euros, soit une économie de 35 millions. Ce gain permet à la police de se concentrer davantage sur ses missions principales, telles que la constatation des infractions et la recherche de leurs auteurs pour plus de sécurité routière, se réjouit le ministère. "Avec 44 tués sur la route par million d'habitants, la mortalité sur les routes belges est supérieure à la moyenne européenne. Nous faisons nettement moins bien que nos voisins français (39), allemand (33) et néerlandais (31)", remarque-t-il. La création d'un "parquet national de la circulation unifié", pour lequel la phase de recrutement est en cours, offrira un meilleur suivi des récidivistes et sonnera progressivement le glas des marges de tolérance et quotas pour les radars tronçons sur les autoroutes, promet le cabinet du vice-Premier ministre.