Il s'agit d'une "perte cumulée" qui est à comparer avec le niveau du PIB mondial que le FMI avait estimé avant la pandémie, a précisé Gita Gopinath en présentant les dernières prévisions économiques mondiales. L'impact est donc "substantiel", a-t-elle commenté.

En juin 2020, le FMI avait estimé à plus de 12.000 milliards de dollars les pertes cumulées pour l'économie mondiale pour 2020 et 2021.

Avec ses nouvelles prévisions, l'institution souligne que les pertes cumulées vont se poursuivre alors que la pandémie n'est toujours pas sous contrôle avec l'apparition de variants du nouveau coronavirus qui frappe notamment la Grande-Bretagne.

Gita Gopinath a souligné que "le fardeau de la crise" est supporté de "manière disproportionnée" par les personnes les moins qualifiées, les femmes et les jeunes, rappelant que les progrès réalisés en matière de lutte contre la pauvreté avaient été inversés.

Il s'agit d'une "perte cumulée" qui est à comparer avec le niveau du PIB mondial que le FMI avait estimé avant la pandémie, a précisé Gita Gopinath en présentant les dernières prévisions économiques mondiales. L'impact est donc "substantiel", a-t-elle commenté.En juin 2020, le FMI avait estimé à plus de 12.000 milliards de dollars les pertes cumulées pour l'économie mondiale pour 2020 et 2021.Avec ses nouvelles prévisions, l'institution souligne que les pertes cumulées vont se poursuivre alors que la pandémie n'est toujours pas sous contrôle avec l'apparition de variants du nouveau coronavirus qui frappe notamment la Grande-Bretagne.Gita Gopinath a souligné que "le fardeau de la crise" est supporté de "manière disproportionnée" par les personnes les moins qualifiées, les femmes et les jeunes, rappelant que les progrès réalisés en matière de lutte contre la pauvreté avaient été inversés.