"La notion de sobriété remonte à la civilisation grecque mais elle a disparu du langage courant", raconte à l'AFP Yamina Saheb, économiste et une des autrices principales du dernier rapport du Giec, les experts climat de l'ONU.

Ils y ont pour la première fois défini la sobriété, ou "sufficiency" en anglais, leur langue de travail, et souligné son rôle clé dans la lutte contre le réchauffement.

"Les politiques de sobriété sont des mesures et pratiques quotidiennes qui évitent la demande en énergie, matériaux, terre et eau tout en offrant le bien-être à tous les humains dans les limites planétaires", indique le résumé pour décideurs.

Il s'agit d'offrir "une meilleure qualité de vie pour tous, tout en protégeant notre environnement", résume David Ness, professeur associé à l'université d'Australie du Sud, qui n'a pas contribué au rapport.

Revenu dans le monde occidental notamment sous la plume d'un chercheur allemand, Wolfgang Sachs, le terme "sobriété" a rencontré un écho en France avec l'association Negawatt, jusqu'à être utilisé récemment par le président Emmanuel Macron. Elle sous-tend aussi de nombreux scénarios pour atteindre la neutralité carbone.

Sans excès

Pour autant, le concept est loin d'être universel: "il n'y a absolument aucune discussion portant sur la réduction de la consommation ou la sobriété" en Australie, constate David Ness.

"C'est un concept plutôt embryonnaire au Brésil", remarque de son côté Carolina Grottera, professeure à l'Université fédérale Fluminense.

Trouver une définition acceptée par tous les Etats membres du Giec n'a pas été simple, reconnaît d'ailleurs Yamina Saheb. "La sobriété n'est pas l'âge de pierre. C'est le confort moderne, mais sans excès. Ceux qui pourraient souffrir de la sobriété sont ceux qui surconsomment. Pour ces gens-là ce serait une contrainte, mais pour le citoyen ordinaire, c'est un mode de vie plus paisible".

"Nous ne sommes pas tous sur un pied d'égalité face à la sobriété", analyse Eloi Laurent, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

"Les 10% des habitants les plus riches de la planète émettent près de la moitié des gaz à effet de serre", relève l'économiste. Par conséquent, "il faut commencer par s'attaquer aux comportements les plus luxueux", poursuit-il.

Exemplarité

La question de la justice sociale se pose avec acuité dans les pays en développement, constate la Brésilienne Carolina Grottera. "Il y a l'idée que les pays riches sont historiquement responsables pour l'essentiel des émissions de gaz à effet de serre et la demande, quand les populations dans les pays pauvres n'ont pas, en moyenne, atteint un niveau de vie décent. Ce serait donc aux pays du Nord de changer leur mode de vie".

"En l'absence de distinction entre luxe et besoin, la consommation croissante exacerbe les inégalités, ce qui crée un cercle vicieux d'une consommation encore plus importante", analyse-t-elle, en prenant comme exemple des personnes dépourvues de couverture santé ou d'épargne, mais qui aspirent à avoir des téléphones portables ou des grosses voitures.

Pour modifier ces comportements, "nous avons besoin d'un nouveau récit", juge David Ness. "J'ai remarqué que les écologistes ne faisaient pas rêver, ils sont souvent vus comme des personnes pessimistes, rabat-joie", constate Cyril Cassagnaud, étudiant.

"Il faut montrer que ça fonctionne, qu'on peut avoir une belle carrière en étant écolo et en appliquant la sobriété", estime le jeune homme de 26 ans, qui se destine à travailler dans le service public local après avoir fait des études d'ingénieur et de sciences politiques. Il veut "mettre ce qu'(il a) appris au service de l'intérêt public" plutôt que dans une carrière synonyme de gros salaire.

Un autre biais passe par les politiques publiques. Pour Eloi Laurent, "la taxation des comportements les plus luxueux doit permettre le financement d'équipements plus sobres pour les classes défavorisées".

La question de l'exemplarité est aussi essentielle, selon lui. "Quand on proclame +make the planet great again+ et que rien ou si peu ne suit dans les actes, on est dans le registre de l'hypocrisie et c'est un poison pour la transition écologique", avertit-il, en paraphrasant Emmanuel Macron.

"La notion de sobriété remonte à la civilisation grecque mais elle a disparu du langage courant", raconte à l'AFP Yamina Saheb, économiste et une des autrices principales du dernier rapport du Giec, les experts climat de l'ONU.Ils y ont pour la première fois défini la sobriété, ou "sufficiency" en anglais, leur langue de travail, et souligné son rôle clé dans la lutte contre le réchauffement."Les politiques de sobriété sont des mesures et pratiques quotidiennes qui évitent la demande en énergie, matériaux, terre et eau tout en offrant le bien-être à tous les humains dans les limites planétaires", indique le résumé pour décideurs.Il s'agit d'offrir "une meilleure qualité de vie pour tous, tout en protégeant notre environnement", résume David Ness, professeur associé à l'université d'Australie du Sud, qui n'a pas contribué au rapport.Revenu dans le monde occidental notamment sous la plume d'un chercheur allemand, Wolfgang Sachs, le terme "sobriété" a rencontré un écho en France avec l'association Negawatt, jusqu'à être utilisé récemment par le président Emmanuel Macron. Elle sous-tend aussi de nombreux scénarios pour atteindre la neutralité carbone.Pour autant, le concept est loin d'être universel: "il n'y a absolument aucune discussion portant sur la réduction de la consommation ou la sobriété" en Australie, constate David Ness."C'est un concept plutôt embryonnaire au Brésil", remarque de son côté Carolina Grottera, professeure à l'Université fédérale Fluminense.Trouver une définition acceptée par tous les Etats membres du Giec n'a pas été simple, reconnaît d'ailleurs Yamina Saheb. "La sobriété n'est pas l'âge de pierre. C'est le confort moderne, mais sans excès. Ceux qui pourraient souffrir de la sobriété sont ceux qui surconsomment. Pour ces gens-là ce serait une contrainte, mais pour le citoyen ordinaire, c'est un mode de vie plus paisible"."Nous ne sommes pas tous sur un pied d'égalité face à la sobriété", analyse Eloi Laurent, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)."Les 10% des habitants les plus riches de la planète émettent près de la moitié des gaz à effet de serre", relève l'économiste. Par conséquent, "il faut commencer par s'attaquer aux comportements les plus luxueux", poursuit-il.La question de la justice sociale se pose avec acuité dans les pays en développement, constate la Brésilienne Carolina Grottera. "Il y a l'idée que les pays riches sont historiquement responsables pour l'essentiel des émissions de gaz à effet de serre et la demande, quand les populations dans les pays pauvres n'ont pas, en moyenne, atteint un niveau de vie décent. Ce serait donc aux pays du Nord de changer leur mode de vie"."En l'absence de distinction entre luxe et besoin, la consommation croissante exacerbe les inégalités, ce qui crée un cercle vicieux d'une consommation encore plus importante", analyse-t-elle, en prenant comme exemple des personnes dépourvues de couverture santé ou d'épargne, mais qui aspirent à avoir des téléphones portables ou des grosses voitures.Pour modifier ces comportements, "nous avons besoin d'un nouveau récit", juge David Ness. "J'ai remarqué que les écologistes ne faisaient pas rêver, ils sont souvent vus comme des personnes pessimistes, rabat-joie", constate Cyril Cassagnaud, étudiant."Il faut montrer que ça fonctionne, qu'on peut avoir une belle carrière en étant écolo et en appliquant la sobriété", estime le jeune homme de 26 ans, qui se destine à travailler dans le service public local après avoir fait des études d'ingénieur et de sciences politiques. Il veut "mettre ce qu'(il a) appris au service de l'intérêt public" plutôt que dans une carrière synonyme de gros salaire.Un autre biais passe par les politiques publiques. Pour Eloi Laurent, "la taxation des comportements les plus luxueux doit permettre le financement d'équipements plus sobres pour les classes défavorisées".La question de l'exemplarité est aussi essentielle, selon lui. "Quand on proclame +make the planet great again+ et que rien ou si peu ne suit dans les actes, on est dans le registre de l'hypocrisie et c'est un poison pour la transition écologique", avertit-il, en paraphrasant Emmanuel Macron.