La guerre froide entre les Etats-Unis et la Chine continue... Et actuellement, la victime la plus visible de cette guerre, c'est le fabricant chinois de smartphones Huawei. Je vous expliquais hier que Washington avait mis Huwaei sur sa liste noire pour des soupçons d'espionnage industriel. Il n'en fallait pas plus pour que Google soit obligé de couper les ponts avec Huawei, en faisant savoir que son système Android, présent sur 85% des smartphones dans le monde, n'équiperait plus les futurs smartphones de Huawei. Donc, la conclusion était facile à tirer, si la marque Huawei ne peut plus proposer des applications comme Gmail, You Tube ou Google Maps, il y a de fortes chances que les consommateurs occidentaux boudent à l'avenir les GSM de Huawei.

Et comme disait Jacques Chirac, "Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille", on apprenait hier que les smartphones 5G de Huawei seraient boycottés en Grande-Bretagne et même au Japon.

Au Royaume-Uni, c'est simple, la 5G arrive dans plusieurs villes et les Britanniques pourront surfer 5 fois plus vite que nous, qui n'avons pas encore cette technologie. Mais les opérateurs télécoms qui proposent la 5G ne proposeront plus à leurs clients des smartphones fabriqués par le Chinois Huawei. Pour la simple raison que ces opérateurs télécom sont prudents, ils ont beau savoir que Donald Trump a encore accordé un sursis de 3 mois à Huawei, ils constatent aussi qu'il y a trop d'incertitudes. Difficile donc de proposer aux clients des modèles 5G si demain ces modèles seront interdits...

En fait, toute cette bataille autour de Huawei montre que les Etats-Unis et la Chine sont en guerre froide, comme du temps de l'URSS... Sauf que l'URSS était une puissance déclinante et, qu'à l'inverse, la Chine est en passe de devenir la première puissance économique mondiale ! Si Donald Trump est aussi dur envers la Chine aujourd'hui, c'est parce qu'il veut l'empêcher d'accéder à ce statut. Derrière la guerre commerciale, derrière la guerre technologique, il y a en réalité une guerre pour la suprématie mondiale. Dans cette histoire, le fabricant de smartphone Huawei sert de vitrine, ou d'otage, dans cette guerre pour la première place sur le podium de l'économie mondiale.