Conçue par Bruno Le Maire (photo), le ministre de l'Economie, avec les meilleurs économistes du pays sous l'oeil d'Emmanuel Macron, la feuille de route dévoilée par le Premier ministre Jean Castex jeudi dernier a de quoi impressionner. La France va consacrer 100 milliards d'euros à son plan de relance. En termes de PIB, c'e...

Conçue par Bruno Le Maire (photo), le ministre de l'Economie, avec les meilleurs économistes du pays sous l'oeil d'Emmanuel Macron, la feuille de route dévoilée par le Premier ministre Jean Castex jeudi dernier a de quoi impressionner. La France va consacrer 100 milliards d'euros à son plan de relance. En termes de PIB, c'est le plus abouti de toute l'Union européenne. Et pour le symbole, quatre fois plus que ce que Sarkozy avait déboursé suite à la débâcle de 2008. Ce plan est centré sur l'offre, la compétitivité des entreprises et la cohésion sociale. Jean Castex compte toutefois aussi sur la demande car, grâce au chômage partiel, les revenus des Français ont été relativement préservés. L'épargne a ainsi augmenté de 80 milliards d'euros depuis le début de l'année. Le Premier ministre exhorte donc les Français à consommer, les entreprises à engager, les partenaires sociaux à s'entendre et les collectivités à investir aux côtés de l'Etat. Dans les faits, le plan consacrera 30 milliards à la transition écologique : 4,7 milliards de soutien au ferroviaire, 6,7 pour généraliser la rénovation thermique, 2 pour le développement d'une filière hydrogène, etc. Dans le même temps, 35 milliards seront consacrés à la compétitivité des entreprises : baisses d'impôts et de charges, aides à l'innovation et à la transformation numérique, incitations à la relocalisation et à la décarbonation, etc. Enfin, le solde ira à la cohésion sociale et donc à l'emploi avec un accent mis sur les jeunes et la formation. La France espère créer 160.000 emplois l'an prochain alors qu'elle s'attend à en perdre 800.000 cette année.