Pour la présidente de la Commission, le "résultat contrasté" de Glasgow est "une étape intermédiaire sur le chemin qui doit amener la communauté internationale à l'objectif de 1,5 degré°C".

Le principal objectif de l'accord de Paris sur le climat est de limiter le réchauffement "bien en deça de 2°C" et si possible à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, afin d'éviter les conséquences les plus fâcheuses du dérèglement climatique.

Parmi les points négatifs de la COP26, M. Von der Leyen souligne que "trop peu d'engagements, d'objectifs et d'étapes clairs ont été fixés par la communauté mondiale" et que les pays les plus pauvres "ne bénéficieront toujours pas d'un soutien financier suffisant de la part des principaux pollueurs, à savoir les pays industrialisés".

En outre, "l'une des déceptions réside dans le fait que l'abandon du charbon a été remplacé par une réduction de l'exploitation du charbon et ce, à la dernière minute", regrette encore l'Allemande.

Pour la présidente de la Commission, le "résultat contrasté" de Glasgow est "une étape intermédiaire sur le chemin qui doit amener la communauté internationale à l'objectif de 1,5 degré°C". Le principal objectif de l'accord de Paris sur le climat est de limiter le réchauffement "bien en deça de 2°C" et si possible à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, afin d'éviter les conséquences les plus fâcheuses du dérèglement climatique. Parmi les points négatifs de la COP26, M. Von der Leyen souligne que "trop peu d'engagements, d'objectifs et d'étapes clairs ont été fixés par la communauté mondiale" et que les pays les plus pauvres "ne bénéficieront toujours pas d'un soutien financier suffisant de la part des principaux pollueurs, à savoir les pays industrialisés". En outre, "l'une des déceptions réside dans le fait que l'abandon du charbon a été remplacé par une réduction de l'exploitation du charbon et ce, à la dernière minute", regrette encore l'Allemande.