Faut-il aller au Qatar ou non? La question, aujourd'hui au centre de toutes les conversations, laisse indifférent Ben Weyts, le ministre flamand des Sports. "Si l'on estime que l'attribution du championnat du monde du football est une erreur, il ne faut pas y aller. C'est l'un ou l'autre. On ne peut à la fois affirmer que cette attribution était une erreur et y e...

Faut-il aller au Qatar ou non? La question, aujourd'hui au centre de toutes les conversations, laisse indifférent Ben Weyts, le ministre flamand des Sports. "Si l'on estime que l'attribution du championnat du monde du football est une erreur, il ne faut pas y aller. C'est l'un ou l'autre. On ne peut à la fois affirmer que cette attribution était une erreur et y envoyer un ministre", insiste-t-il. Fermement décidé à rester au pays, quel que soit le résultat de nos Diables, Ben Weyts préfère poursuivre une stratégie mise en place depuis un moment déjà, qui vise à attirer en Flandre un maximum de compétitions internationales. Si en 2021, la Région a accueilli le championnat du monde cycliste, elle vise également d'autres disciplines moins populaires telle la Coupe du monde de basketball 3x3 qui s'est déroulée en juin dernier à Anvers et dont le return a largement dépassé l'investissement de départ, qui s'élevait à moins de 1 million d'euros. L'an prochain, Anvers accueillera le championnat du monde de gymnastique et Louvain, celui de break dance, discipline acrobatique importée des Etats-Unis. L'accueil en 2027 d'un championnat de football féminin s'inscrit dans cette logique qui consiste à tirer un maximum de visibilité de l'organisation d'évènements sportifs de haut niveau. Sans compter, précise le ministre, qu'avec le football féminin, "nous jouons la carte d'une plus grande féminisation du sport". Un budget de 500.000 euros destiné à motiver les jeunes filles a ainsi déjà été alloué dans le sillage des performances de nos Red Flames, lors du récent championnat d'Europe en Angleterre. En Flandre, le budget dévolu au sport (190 millions d'euros) n'a jamais été aussi élevé et, rappelle le ministre, "sur les sept médailles ramenées des J.O. de Tokyo, six étaient flamandes". (d'après "De Zondag")