Plus d'un étudiant sur quatre (27,9%) quitte l'enseignement supérieur sans avoir obtenu un diplôme et à peine un étudiant sur trois (31,8%) termine son parcours de bachelier en trois ans. Bref, trop d'années universitaires sont perdues et cela coûte cher. Le gouvernement flamand avait fini par s'en émouvoir et décidé que plus aucun étudiant ne pourr...

Plus d'un étudiant sur quatre (27,9%) quitte l'enseignement supérieur sans avoir obtenu un diplôme et à peine un étudiant sur trois (31,8%) termine son parcours de bachelier en trois ans. Bref, trop d'années universitaires sont perdues et cela coûte cher. Le gouvernement flamand avait fini par s'en émouvoir et décidé que plus aucun étudiant ne pourrait entamer de master sans avoir réussi toutes les matières du niveau de bachelier. Estimant que le système offrait encore trop de liberté, Ben Weyts, ministre flamand de l'Enseignement, vient de placer la barre plus haut. A partir de l'année académique 2023-2024, l'entrée en troisième année de bachelier sera interdite aux étudiants qui n'ont pas réussi toutes les matières de la première. Ce n'est pas très populaire, admet-il, mais nécessaire: "Le système actuel est trop flexible et les étudiants en sont les premières victimes". A l'avenir, ils seront mieux encadrés. Les étudiants dont les tests d'orientation n'ont pas vraiment été une réussite se verront ainsi proposer des trajets de remédiation et, d'une manière générale, tous auront accès à des conseillers d'orientation. L'autre souci du ministre concerne les élèves à haut potentiel (HP) pour lesquels il réclame un enseignement adapté car, à défaut, ceux-ci risquent de sombrer. Diverses initiatives ont déjà été prises en la matière mais le ministre veut aller plus loin en supprimant une barrière qu'il estime plus émotionnelle que rationnelle. Un enfant de moins de huit ans ne peut en effet être diplômé de l'enseignement primaire. Désormais, les petits prodiges (il sont entre 2% et 3% en primaire) pourront obtenir ce précieux sésame via une commission d'examen et s'inscrire en secondaire, niveau où n'existe aucune limite d'âge.