"Ce report a permis d'éviter un Brexit dur ce vendredi et laisse un peu de répit. Il permet de ne pas retomber dans l'incertitude des dernières semaines, avec un recul du délai chaque fois de quelques jours", estime la coupole du patronat.

Pour la FEB, les Britanniques ont désormais trois options: ratifier le traité de séparation, changer de stratégie pour opter pour un Brexit plus doux ou carrément abroger l'article 50 et rester dans l'Union européenne. "La meilleure solution serait celle qui se rapproche le plus d'une adhésion à l'UE, afin de poursuivre les importants flux commerciaux entre l'UE et le Royaume-Uni de la manière la plus équitable et efficace possible", commente-t-elle.

Ceci dit, l'horizon d'un Brexit dur ne peut être écarté. La Fédération invite donc les entreprises à utiliser ce nouveau délai pour "continuer à se préparer à un scénario no-deal".

"Ce report a permis d'éviter un Brexit dur ce vendredi et laisse un peu de répit. Il permet de ne pas retomber dans l'incertitude des dernières semaines, avec un recul du délai chaque fois de quelques jours", estime la coupole du patronat. Pour la FEB, les Britanniques ont désormais trois options: ratifier le traité de séparation, changer de stratégie pour opter pour un Brexit plus doux ou carrément abroger l'article 50 et rester dans l'Union européenne. "La meilleure solution serait celle qui se rapproche le plus d'une adhésion à l'UE, afin de poursuivre les importants flux commerciaux entre l'UE et le Royaume-Uni de la manière la plus équitable et efficace possible", commente-t-elle. Ceci dit, l'horizon d'un Brexit dur ne peut être écarté. La Fédération invite donc les entreprises à utiliser ce nouveau délai pour "continuer à se préparer à un scénario no-deal".