D'abord, la FEB a constaté que les "conséquences des actions, outre les perturbations occasionnées sur le rail, sont restées globalement limitées et se sont fait davantage sentir dans le sud du pays". Elle a pris connaissance d'arrêts de travail dans un certain nombre d'entreprises.

"Il est toutefois incompréhensible que le trafic ferroviaire soit une nouvelle fois complètement mis à mal. On approche de la vingtième grève du rail en un an de temps. De telles actions ne contribuent pas à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés, que du contraire", a réagi Bart Buysse, directeur général de la FEB.

Ensuite, la fédération rejoint l'avis de certains partis qui proposent d'encadrer les grèves. "Nous plaidons pour une application de règles et de procédures claires, et des répercussions en cas de non-respect de ces règles".

Pour la FEB, il s'agit d'une bonne approche pour un débat qui doit être mené de façon urgente.

Avec Belga

D'abord, la FEB a constaté que les "conséquences des actions, outre les perturbations occasionnées sur le rail, sont restées globalement limitées et se sont fait davantage sentir dans le sud du pays". Elle a pris connaissance d'arrêts de travail dans un certain nombre d'entreprises. "Il est toutefois incompréhensible que le trafic ferroviaire soit une nouvelle fois complètement mis à mal. On approche de la vingtième grève du rail en un an de temps. De telles actions ne contribuent pas à résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés, que du contraire", a réagi Bart Buysse, directeur général de la FEB. Ensuite, la fédération rejoint l'avis de certains partis qui proposent d'encadrer les grèves. "Nous plaidons pour une application de règles et de procédures claires, et des répercussions en cas de non-respect de ces règles". Pour la FEB, il s'agit d'une bonne approche pour un débat qui doit être mené de façon urgente. Avec Belga