Jusqu'à présent, ils ne paient que peu ou pas de frais de réseau alors que les utilisateurs qui ne produisent pas d'énergie solaire (environ 1,6 million de personnes) sont facturés plein pot.
...

Jusqu'à présent, ils ne paient que peu ou pas de frais de réseau alors que les utilisateurs qui ne produisent pas d'énergie solaire (environ 1,6 million de personnes) sont facturés plein pot. Les particuliers qui produisent de l'électricité utilisent le réseau de distribution dans les deux sens : pour l'approvisionner lorsqu'ils n'utilisent pas toute l'énergie solaire produite, pour y puiser du courant lorsque leurs panneaux ne suffisent pas à leur consommation. Si le solde est nul, aucun frais de réseau ne leur est compté. " Résultat : les utilisateurs qui ne possèdent pas de panneaux solaires paient un surcoût de 5,6 % en frais de réseau", explique Stéphanie Grevesse, porte-parole de la Commission wallonne pour l'énergie (CWaPE). Cette dernière instance avait déjà voulu imposer une contribution aux détenteurs de panneaux solaires en 2015 et 2016 mais, suite à un recours introduit par l'association TPCV (Touche pas à mes certificats verts), la cour d'appel de Liège avait rejeté le dispositif.La CWaPE et le ministre wallon de l'Energie Paul Furlan n'ont pas renoncé : ils notent que la cour d'appel de Liège a contesté le mécanisme de facturation, pas le principe. D'où la mise en chantier d'un nouvel arrêté, qui devrait être bientôt adopté en troisième lecture au gouvernement wallon. La contribution devrait être proportionnelle à la consommation et flirterait avec les 200 euros pour une consommation de 3500 kWh (dont 37 % en autoconsommation), un profil moyen selon la CWaPE.