"La défense, c'est aussi un moteur économique". C'est forte de cette conviction que la ministre Ludivine Dedonder (PS) a multiplié les visites d'entreprise du secteur au cours de ces derniers mois. "La Défense est un partenaire potentiel pour les entreprises nationales et les centres de recherche et il faut le faire davantage savoir, déclare-t-elle dans l'émission Trends Talk, qui sera diffusée ce weekend sur Canal Z. A chaque visite, je me rends compte du haut degré de technicité de nos entreprises, nous disposons vraiment de fleurons technologiques."

Les déclinaisons économiques des investissements militaires sont d'autant plus prégnants que le département bénéficie d'un refinancement conséquent : le plan STAR apporte 10 milliards d'euros supplémentaires d'ici 2030. Une partie de ces moyens permettra de développer des recherches conjointes Défense-Entreprises, pour des technologies dites "duales", avec des applications tant civiles que militaires.

Ludivine Dedonder ne veut pas seulement préparer les entreprises belges aux marchés nationaux mais aussi à ceux des autres pays européens. "A chaque fois que je me retrouve avec mes collègues de l'Union européenne ou de l'OTAN, on parle de la défense belge et de nos entreprises, dit-elle dans Trends Talk. Il n'y a pas un entretien en bilatérale avec l'un de mes homologues où je n'ai pas mis en avant le potentiel de nos entreprises."

Au cours de ces 25 minutes d'entretien sur Canal Z, la ministre évoque également la possibilité que l'armée et des entreprises partagent du personnel (des techniciens qualifiés presteraient à temps partiel de part et d'autre), la mise en place de la nouvelle composante de cybersécurité et la construction prochaine des "quartiers militaires du futur". Enfin, en ce weekend de 1er mai, la ministre socialiste aborde aussi les propositions en faveur du pouvoir d'achat que son parti présentera lors de la fête du travail.

"La défense, c'est aussi un moteur économique". C'est forte de cette conviction que la ministre Ludivine Dedonder (PS) a multiplié les visites d'entreprise du secteur au cours de ces derniers mois. "La Défense est un partenaire potentiel pour les entreprises nationales et les centres de recherche et il faut le faire davantage savoir, déclare-t-elle dans l'émission Trends Talk, qui sera diffusée ce weekend sur Canal Z. A chaque visite, je me rends compte du haut degré de technicité de nos entreprises, nous disposons vraiment de fleurons technologiques."Les déclinaisons économiques des investissements militaires sont d'autant plus prégnants que le département bénéficie d'un refinancement conséquent : le plan STAR apporte 10 milliards d'euros supplémentaires d'ici 2030. Une partie de ces moyens permettra de développer des recherches conjointes Défense-Entreprises, pour des technologies dites "duales", avec des applications tant civiles que militaires.Ludivine Dedonder ne veut pas seulement préparer les entreprises belges aux marchés nationaux mais aussi à ceux des autres pays européens. "A chaque fois que je me retrouve avec mes collègues de l'Union européenne ou de l'OTAN, on parle de la défense belge et de nos entreprises, dit-elle dans Trends Talk. Il n'y a pas un entretien en bilatérale avec l'un de mes homologues où je n'ai pas mis en avant le potentiel de nos entreprises."Au cours de ces 25 minutes d'entretien sur Canal Z, la ministre évoque également la possibilité que l'armée et des entreprises partagent du personnel (des techniciens qualifiés presteraient à temps partiel de part et d'autre), la mise en place de la nouvelle composante de cybersécurité et la construction prochaine des "quartiers militaires du futur". Enfin, en ce weekend de 1er mai, la ministre socialiste aborde aussi les propositions en faveur du pouvoir d'achat que son parti présentera lors de la fête du travail.