Ainsi, cette année, la croissance économique devrait également être très faible en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie "sous l'hypothèse d'une reprise très lente en zone euro". A partir de 2014, les trois régions devraient retrouver "un même sentier de croissance économique soit 1,2% en 2014 et entre 1,6 et 1,8% par an sur la période 2015-2018", peut-on lire dans un communiqué.

La croissance moyenne pour le PIB pour la période 2015-2018 atteindrait 1,8% en Région wallonne, 1,7% en Région flamande et 1,6% en Région de Bruxelles-Capitale. Au niveau national, cette moyenne devrait être de 1,7%. "Si l'emploi wallon a relativement moins souffert durant la longue période de crise que dans les autres régions, un rétablissement plus prononcé de la productivité moyenne est néanmoins attendu à moyen terme, pesant, avec la modération de la croissance économique, sur les perspectives d'emploi", note l'IWEPS. "Avec 9.300 unités supplémentaires par an à partir de 2015, la progression de l'emploi devrait s'avérer moindre qu'avant la crise. Ce rythme, combiné à une évolution lente de la population active, devrait toutefois permettre la poursuite de la baisse du taux de chômage wallon, qui s'établirait en 2018 à 15,7%."

Le taux de chômage devrait tourner autour des 8% en Flandre en 2018 et des 20,2% dans la région bruxelloise.

Ainsi, cette année, la croissance économique devrait également être très faible en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie "sous l'hypothèse d'une reprise très lente en zone euro". A partir de 2014, les trois régions devraient retrouver "un même sentier de croissance économique soit 1,2% en 2014 et entre 1,6 et 1,8% par an sur la période 2015-2018", peut-on lire dans un communiqué. La croissance moyenne pour le PIB pour la période 2015-2018 atteindrait 1,8% en Région wallonne, 1,7% en Région flamande et 1,6% en Région de Bruxelles-Capitale. Au niveau national, cette moyenne devrait être de 1,7%. "Si l'emploi wallon a relativement moins souffert durant la longue période de crise que dans les autres régions, un rétablissement plus prononcé de la productivité moyenne est néanmoins attendu à moyen terme, pesant, avec la modération de la croissance économique, sur les perspectives d'emploi", note l'IWEPS. "Avec 9.300 unités supplémentaires par an à partir de 2015, la progression de l'emploi devrait s'avérer moindre qu'avant la crise. Ce rythme, combiné à une évolution lente de la population active, devrait toutefois permettre la poursuite de la baisse du taux de chômage wallon, qui s'établirait en 2018 à 15,7%." Le taux de chômage devrait tourner autour des 8% en Flandre en 2018 et des 20,2% dans la région bruxelloise.