Selon l'estimation "flash", le PIB en volume, corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, a gagné 0,4% au quatrième trimestre de 2019 par rapport au trimestre précédent et 1,2% par rapport à la même période de 2018.

Sur l'ensemble de l'année 2018, le PIB de la Belgique avait connu une croissance d'1,5%, après +2,0% en 2017 et +1,5% en 2016.

L'ICN et la BNB reviennent jeudi en détail sur le troisième trimestre de 2019 qui a vu l'économie belge créer 23.800 emplois (+0,5% sur base trimestrielle, +1,6% sur base annuelle). Cette augmentation de l'emploi intérieur au troisième trimestre (entre début juillet et fin septembre) est la plus prononcée depuis au moins deux ans et est principalement due aux services, plus particulièrement aux services aux entreprises. L'emploi a également crû dans les branches "santé humaine et action sociale" et "commerce, transport et horeca", souligne-t-on.

La croissance du PIB de 0,4% au troisième trimestre 2019 a été possible malgré une contribution négative des exportations (-0,4%), lesquelles se sont davantage contractées que les importations (-0,3%).

Selon l'estimation "flash", le PIB en volume, corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, a gagné 0,4% au quatrième trimestre de 2019 par rapport au trimestre précédent et 1,2% par rapport à la même période de 2018. Sur l'ensemble de l'année 2018, le PIB de la Belgique avait connu une croissance d'1,5%, après +2,0% en 2017 et +1,5% en 2016. L'ICN et la BNB reviennent jeudi en détail sur le troisième trimestre de 2019 qui a vu l'économie belge créer 23.800 emplois (+0,5% sur base trimestrielle, +1,6% sur base annuelle). Cette augmentation de l'emploi intérieur au troisième trimestre (entre début juillet et fin septembre) est la plus prononcée depuis au moins deux ans et est principalement due aux services, plus particulièrement aux services aux entreprises. L'emploi a également crû dans les branches "santé humaine et action sociale" et "commerce, transport et horeca", souligne-t-on. La croissance du PIB de 0,4% au troisième trimestre 2019 a été possible malgré une contribution négative des exportations (-0,4%), lesquelles se sont davantage contractées que les importations (-0,3%).