Le président américain Donald Trump répète à l'envi que les surtaxes douanières imposées à la Chine depuis près de deux ans ont fortement nuit à l'économie chinoise et poussé Pékin à négocier un accord - ce qui est chose faite depuis mercredi.

Le score annoncé vendredi est conforme aux prédictions des analystes sondés par l'AFP et dans l'objectif de 6% à 6,5% fixé par le gouvernement en début d'année dernière.

Il est toutefois en net repli par rapport à 2018, quand la croissance chinoise pointait à 6,6%, déjà à son niveau le plus bas en près de trois décennies.

Bien que sujet à caution, le chiffre de la croissance est toujours scruté, vu le poids de la Chine dans l'économie mondiale.

Au dernier trimestre 2019, la croissance du géant asiatique s'est stabilisée à 6%, un niveau inchangé par rapport au trimestre précédent, selon le Bureau national des statistiques (BNS).

Elle s'inscrivait encore à 6,4% au premier trimestre.

"Il faut avoir à l'esprit que (...) les sources d'instabilité et les défis sont croissants" pour l'économie chinoise, a reconnu lors d'une conférence de presse Ning Jizhe, un responsable du BNS.

Le président américain Donald Trump répète à l'envi que les surtaxes douanières imposées à la Chine depuis près de deux ans ont fortement nuit à l'économie chinoise et poussé Pékin à négocier un accord - ce qui est chose faite depuis mercredi. Le score annoncé vendredi est conforme aux prédictions des analystes sondés par l'AFP et dans l'objectif de 6% à 6,5% fixé par le gouvernement en début d'année dernière. Il est toutefois en net repli par rapport à 2018, quand la croissance chinoise pointait à 6,6%, déjà à son niveau le plus bas en près de trois décennies. Bien que sujet à caution, le chiffre de la croissance est toujours scruté, vu le poids de la Chine dans l'économie mondiale. Au dernier trimestre 2019, la croissance du géant asiatique s'est stabilisée à 6%, un niveau inchangé par rapport au trimestre précédent, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Elle s'inscrivait encore à 6,4% au premier trimestre. "Il faut avoir à l'esprit que (...) les sources d'instabilité et les défis sont croissants" pour l'économie chinoise, a reconnu lors d'une conférence de presse Ning Jizhe, un responsable du BNS.