La crise dans la zone euro a eu, jusqu'à présent, un impact limité sur la Chine et l'économie mondiale, mais ses effets négatifs vont s'accroître en raison de sa durée prévisible, a estimé jeudi à Cannes Chen Deming, ministre chinois du Commerce.

Les problèmes de la zone euro ont "pour le moment un impact plutôt faible sur la demande, a noté devant la presse le ministre chinois, en marge du sommet du G20. Donc il n'y a pas trop d'impact sur notre commerce. Mais il y a aussi une période encore en cours avant que la crise ne soit vraiment sous contrôle. Mon sentiment est donc que l'impact futur de cette crise sur le monde et le commerce chinois augmentera."

Le ministre s'est dit toutefois confiant sur la capacité de l'Europe à "contrôler cette crise et à y mettre fin". Toutefois, "nous pensons que ce sera un processus long. Cela aura un impact sur l'économie mondiale."

Répondant aux critiques des Etats-Unis et d'autres pays accusant la Chine de maintenir sa devise, le yuan, artificiellement sous-évaluée, Chen Deming a estimé que les demandes pressant Pékin de réévaluer sa monnaie ne servent qu'à "provoquer de grandes difficultés".

Trends.be, avec Belga

La crise dans la zone euro a eu, jusqu'à présent, un impact limité sur la Chine et l'économie mondiale, mais ses effets négatifs vont s'accroître en raison de sa durée prévisible, a estimé jeudi à Cannes Chen Deming, ministre chinois du Commerce.Les problèmes de la zone euro ont "pour le moment un impact plutôt faible sur la demande, a noté devant la presse le ministre chinois, en marge du sommet du G20. Donc il n'y a pas trop d'impact sur notre commerce. Mais il y a aussi une période encore en cours avant que la crise ne soit vraiment sous contrôle. Mon sentiment est donc que l'impact futur de cette crise sur le monde et le commerce chinois augmentera."Le ministre s'est dit toutefois confiant sur la capacité de l'Europe à "contrôler cette crise et à y mettre fin". Toutefois, "nous pensons que ce sera un processus long. Cela aura un impact sur l'économie mondiale."Répondant aux critiques des Etats-Unis et d'autres pays accusant la Chine de maintenir sa devise, le yuan, artificiellement sous-évaluée, Chen Deming a estimé que les demandes pressant Pékin de réévaluer sa monnaie ne servent qu'à "provoquer de grandes difficultés".Trends.be, avec Belga