Le gouvernement hollandais de Mark Rutte a décidé en avril que toutes les bouteilles en plastique seront consignées le 1er juillet 2021.

Deux députés cdH, François Desquesnes et Julien Matagne, déposent une proposition de décret sur la table du parlement wallon. Objectif: la consigne des bouteilles et canettes le 1er janvier 2022. Le gouvernement PS-MR-Ecolo a prévu la consigne dans sa Déclaration de politique régionale. Le projet de la consigne dispose donc d'une large majorité au Parlement Wallon. Il est maintenant grand temps d'avancer et de voter un décret.

Le soutien des citoyens, entreprises, villes et communes

En Belgique, 2,1 milliards de boissons sont vendues annuellement. Les bouteilles et canettes vides représentent environ 40 pourcent du volume de déchets sauvages. Le système du sac bleu ne donne pas le résultat souhaité: nos quartiers et la nature sont toujours salis par des emballages vides. C'est une grande source d'irritation pour les citoyens. Plus que 8 sur 10 Belges sont donc favorables à la consigne, qui réduit le nombre de canettes et bouteilles dans la nature de 70 à 90 pourcent.

Via l'Alliance de la Consigne, des centaines d'entreprises et organisations de la société civile se sont exprimés: Test Achats, la Société Royale Forestière de Belgique ou l'Ancienne Belgique et des centains d'autres. Egalement 6 communes et villes wallonnes: Comines-Warneton, Neufchâteau, Martelange, Bertogne, Couvin et les Bons Villers.

Une économie circulaire du plastique wallonne

Des entreprises situées en Belgique, comme Ecover et Spadel, qui veulent utiliser de plus en plus de plastique PET recyclé dans leurs emballages, sont actuellement obligés de l'acheter en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays connaissant la consigne des bouteilles en plastique. Cette demande de PET recyclé va croître. Les producteurs de boissons l'annoncent l'un après l'autre. Coca-Cola Belgium a annoncé que toutes les bouteilles plastiques de Chaudfontaine seront fabriquées à partir de plastique 100 % recyclé. Bientôt il y aura une pénurie de PET recyclé pour répondre à tous ces besoins. Car une vraie économie circulaire doit aussi être locale et éviter des longs trajets de transport.

Une exigence européenne

En Allemagne et dans les pays scandinaves, on ne trouve plus de bouteilles ni de canettes dans l'environnement. Si vous avez eu le plaisir de visiter Berlin ou Copenhague, vous aurez sûrement été frappés par la propreté de ces villes. Grâce à la consigne.

La nouvelle directive européenne relative aux plastiques à usage unique, défendue avec succès par la députée européenne Frédérique Ries (MR), prescrit un pourcentage de collecte séparée des bouteilles en PET de 77% en 2025 et 90% en 2029. Ces pourcentages ne sont atteignables qu'avec l'instrument de la consigne.

La course à l'économie circulaire

Si nos gouvernements régionaux légifèrent rapidement, nos entreprises peuvent donc développer un savoir-faire sur la consigne, système qui sera déployé dans le marché de 500 millions de consommateurs européens encore cette décennie.

Le nouveau gouvernement wallon a prévu la consigne dans sa Déclaration de politique régionale. Avec 8 Belges sur 10 favorables, c'est la mesure environnementale la plus populaire. Elle réduira enfin le fléau de bouteilles et canettes dans la nature. Elle diminue le coût du nettoyage payé par les contribuables. Et elle répondra aux exigences européennes. Les députées cdH soulignent à juste titre qu'il y a urgence, et qu'il est maintenant temps de légiférer.

Tom Zoete, porte-parole de l'Alliance de la Consigne

Le gouvernement hollandais de Mark Rutte a décidé en avril que toutes les bouteilles en plastique seront consignées le 1er juillet 2021. Deux députés cdH, François Desquesnes et Julien Matagne, déposent une proposition de décret sur la table du parlement wallon. Objectif: la consigne des bouteilles et canettes le 1er janvier 2022. Le gouvernement PS-MR-Ecolo a prévu la consigne dans sa Déclaration de politique régionale. Le projet de la consigne dispose donc d'une large majorité au Parlement Wallon. Il est maintenant grand temps d'avancer et de voter un décret. Le soutien des citoyens, entreprises, villes et communesEn Belgique, 2,1 milliards de boissons sont vendues annuellement. Les bouteilles et canettes vides représentent environ 40 pourcent du volume de déchets sauvages. Le système du sac bleu ne donne pas le résultat souhaité: nos quartiers et la nature sont toujours salis par des emballages vides. C'est une grande source d'irritation pour les citoyens. Plus que 8 sur 10 Belges sont donc favorables à la consigne, qui réduit le nombre de canettes et bouteilles dans la nature de 70 à 90 pourcent.Via l'Alliance de la Consigne, des centaines d'entreprises et organisations de la société civile se sont exprimés: Test Achats, la Société Royale Forestière de Belgique ou l'Ancienne Belgique et des centains d'autres. Egalement 6 communes et villes wallonnes: Comines-Warneton, Neufchâteau, Martelange, Bertogne, Couvin et les Bons Villers. Une économie circulaire du plastique wallonneDes entreprises situées en Belgique, comme Ecover et Spadel, qui veulent utiliser de plus en plus de plastique PET recyclé dans leurs emballages, sont actuellement obligés de l'acheter en Allemagne et aux Pays-Bas, deux pays connaissant la consigne des bouteilles en plastique. Cette demande de PET recyclé va croître. Les producteurs de boissons l'annoncent l'un après l'autre. Coca-Cola Belgium a annoncé que toutes les bouteilles plastiques de Chaudfontaine seront fabriquées à partir de plastique 100 % recyclé. Bientôt il y aura une pénurie de PET recyclé pour répondre à tous ces besoins. Car une vraie économie circulaire doit aussi être locale et éviter des longs trajets de transport. Une exigence européenne En Allemagne et dans les pays scandinaves, on ne trouve plus de bouteilles ni de canettes dans l'environnement. Si vous avez eu le plaisir de visiter Berlin ou Copenhague, vous aurez sûrement été frappés par la propreté de ces villes. Grâce à la consigne. La nouvelle directive européenne relative aux plastiques à usage unique, défendue avec succès par la députée européenne Frédérique Ries (MR), prescrit un pourcentage de collecte séparée des bouteilles en PET de 77% en 2025 et 90% en 2029. Ces pourcentages ne sont atteignables qu'avec l'instrument de la consigne. La course à l'économie circulaireSi nos gouvernements régionaux légifèrent rapidement, nos entreprises peuvent donc développer un savoir-faire sur la consigne, système qui sera déployé dans le marché de 500 millions de consommateurs européens encore cette décennie. Le nouveau gouvernement wallon a prévu la consigne dans sa Déclaration de politique régionale. Avec 8 Belges sur 10 favorables, c'est la mesure environnementale la plus populaire. Elle réduira enfin le fléau de bouteilles et canettes dans la nature. Elle diminue le coût du nettoyage payé par les contribuables. Et elle répondra aux exigences européennes. Les députées cdH soulignent à juste titre qu'il y a urgence, et qu'il est maintenant temps de légiférer. Tom Zoete, porte-parole de l'Alliance de la Consigne