"Nous avons obtenu un engagement très concret de la Chine pour rejoindre le comité (ndlr: sur la restructuration de la dette) sur la Zambie et d'une manière plus générale, pour travailler de manière constructive" sur le cadre commun du G20, a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

Au début de la pandémie de Covid-19, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021.

Parallèlement à cette initiative de suspension du service de la dette (DSSI), ils avaient créé, en novembre 2020, un "cadre commun" destiné à restructurer, voire annuler, la dette des pays qui en feraient la demande.

Mais pour l'heure, les créanciers privés, en particulier chinois, freinent sa mise en oeuvre.

"Il y a eu un engagement unanime à renforcer le cadre commun pour le rendre opérationnel et à essayer d'avoir un calendrier concret, clair, grâce à l'engagement fort de certains acteurs clés" comme la Chine, a souligné de son côté Nadia Calvino, la nouvelle présidente du Comité monétaire et financier international (CMFI), l'instance qui oriente les travaux du FMI.

"Nous avons travaillé d'arrache-pied pour que tous les créanciers s'assoient autour de la table, les créanciers du Club de Paris (...), les créanciers officiels comme la Chine, l'Arabie saoudite, l'Inde, les Émirats arabes unis et les créanciers du secteur privé", a rappelé Mme Georgieva.

La mise en oeuvre de ce cadre commun piétine car il n'y a "pas de procédure, ni d'échéancier clairement établis". "Il n'y a aucune incitation pour les pays à intervenir et à demander" la restructuration de la dette dans ce cadre, a-t-elle poursuivi.

Elle a toutefois souligné que renoncer à ce cadre n'était pas une solution car il y a pas d'alternative pour mobiliser les pays sur l'allègement de la dette des pays à faibles revenus.

"Nous avons été très déçus -- à tout le moins, je l'ai été -- par l'incapacité de ce cadre à aider à davantage de pays", a également déclaré la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, jeudi lors d'une conférence de presse.

"J'en ai explicitement appelé à la Chine", qui "est un prêteur très important pour bon nombre de ces pays à faible revenu" et "doit participer", a-t-elle ajouté, disant toutefois avoir "bon espoir que la Chine acceptera de jouer un rôle plus constructif", alors qu'"un certain nombre de pays" souhaitent, selon elle, demander ce soutien.

"Et bien sûr, la catastrophe humanitaire et économique mondiale liée à la guerre en Ukraine aggrave encore ce problème. Mais je pense c'est la voie que nous devons emprunter", estime également la ministre des finances de Joe Biden.

Pour l'heure, seulement trois pays africains, Tchad, Zambie et Ethiopie, ont demandé à bénéficier de ce cadre.

"Nous avons obtenu un engagement très concret de la Chine pour rejoindre le comité (ndlr: sur la restructuration de la dette) sur la Zambie et d'une manière plus générale, pour travailler de manière constructive" sur le cadre commun du G20, a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.Au début de la pandémie de Covid-19, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021.Parallèlement à cette initiative de suspension du service de la dette (DSSI), ils avaient créé, en novembre 2020, un "cadre commun" destiné à restructurer, voire annuler, la dette des pays qui en feraient la demande.Mais pour l'heure, les créanciers privés, en particulier chinois, freinent sa mise en oeuvre."Il y a eu un engagement unanime à renforcer le cadre commun pour le rendre opérationnel et à essayer d'avoir un calendrier concret, clair, grâce à l'engagement fort de certains acteurs clés" comme la Chine, a souligné de son côté Nadia Calvino, la nouvelle présidente du Comité monétaire et financier international (CMFI), l'instance qui oriente les travaux du FMI."Nous avons travaillé d'arrache-pied pour que tous les créanciers s'assoient autour de la table, les créanciers du Club de Paris (...), les créanciers officiels comme la Chine, l'Arabie saoudite, l'Inde, les Émirats arabes unis et les créanciers du secteur privé", a rappelé Mme Georgieva. La mise en oeuvre de ce cadre commun piétine car il n'y a "pas de procédure, ni d'échéancier clairement établis". "Il n'y a aucune incitation pour les pays à intervenir et à demander" la restructuration de la dette dans ce cadre, a-t-elle poursuivi. Elle a toutefois souligné que renoncer à ce cadre n'était pas une solution car il y a pas d'alternative pour mobiliser les pays sur l'allègement de la dette des pays à faibles revenus."Nous avons été très déçus -- à tout le moins, je l'ai été -- par l'incapacité de ce cadre à aider à davantage de pays", a également déclaré la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, jeudi lors d'une conférence de presse."J'en ai explicitement appelé à la Chine", qui "est un prêteur très important pour bon nombre de ces pays à faible revenu" et "doit participer", a-t-elle ajouté, disant toutefois avoir "bon espoir que la Chine acceptera de jouer un rôle plus constructif", alors qu'"un certain nombre de pays" souhaitent, selon elle, demander ce soutien."Et bien sûr, la catastrophe humanitaire et économique mondiale liée à la guerre en Ukraine aggrave encore ce problème. Mais je pense c'est la voie que nous devons emprunter", estime également la ministre des finances de Joe Biden.Pour l'heure, seulement trois pays africains, Tchad, Zambie et Ethiopie, ont demandé à bénéficier de ce cadre.