Durant cet été, les patrons de deux très grandes banques belges se sont plaints des faibles marges sur les crédits hypothécaires. De leur point de vue, ils ont raison, car pour les banques, un prêt hypothécaire est aussi la meilleure manière de fidéliser un client. Cependant, c'est souvent aussi le produit le moins rentable vu la concurrence qui règne sur ce produit.

Et comme les banquiers ne se plaignent généralement pas en public, certains observateurs se sont posé la question de savoir si ce n'était pas une manière indirecte de nous préparer à une prochaine hausse des crédits hypothécaires ?

Mes confrères du journal économique L'Echo ont mené l'enquête. A court terme, la réponse est non, les taux des crédits hypothécaires ne devraient pas augmenter. D'abord, parce que les banquiers sont habitués à se plaindre depuis plusieurs années de la faiblesse de leurs marges.

Voilà une bonne nouvelle pour la rentrée et pour les jeunes ménages en quête de logement.

En fait, ils s'en plaignent depuis que les taux d'intérêt ont été fixés artificiellement bas par la banque centrale européenne. Ensuite, si on utilise les données du site guide-épargne.be, on constate que la moyenne des dix meilleurs taux hypothécaires à 20 ans fixe continue même de baisser : ces taux fixes à 20 ans sont passés de 2.4% en mars 2016 à... 2% aujourd'hui !

En réalité, la faiblesse des taux sur les crédits hypothécaires reste encore gérables pour les banques, surtout tant que le taux d'intérêt sur les dépôts sont quasiment nuls. En clair, tant que notre épargne sur les livrets d'épargne sera rémunérée à du 0.11%, les banques seront encore gagnantes. Et puis, comme le fait remarquer Julien Manceaux, l'économiste de la banque ING, il ne s'attend pas à une remontée rapide des taux, sans doute moins d'un pour cent avant la fin 2020 et même pour la fin de l'année 2020.

Cet économiste estime que nous serons toujours sous la barre des 3.50% pour le taux fixe de plus de dix ans. Voilà une bonne nouvelle pour la rentrée et pour les jeunes ménages en quête de logement.

Durant cet été, les patrons de deux très grandes banques belges se sont plaints des faibles marges sur les crédits hypothécaires. De leur point de vue, ils ont raison, car pour les banques, un prêt hypothécaire est aussi la meilleure manière de fidéliser un client. Cependant, c'est souvent aussi le produit le moins rentable vu la concurrence qui règne sur ce produit. Et comme les banquiers ne se plaignent généralement pas en public, certains observateurs se sont posé la question de savoir si ce n'était pas une manière indirecte de nous préparer à une prochaine hausse des crédits hypothécaires ?Mes confrères du journal économique L'Echo ont mené l'enquête. A court terme, la réponse est non, les taux des crédits hypothécaires ne devraient pas augmenter. D'abord, parce que les banquiers sont habitués à se plaindre depuis plusieurs années de la faiblesse de leurs marges.En fait, ils s'en plaignent depuis que les taux d'intérêt ont été fixés artificiellement bas par la banque centrale européenne. Ensuite, si on utilise les données du site guide-épargne.be, on constate que la moyenne des dix meilleurs taux hypothécaires à 20 ans fixe continue même de baisser : ces taux fixes à 20 ans sont passés de 2.4% en mars 2016 à... 2% aujourd'hui ! En réalité, la faiblesse des taux sur les crédits hypothécaires reste encore gérables pour les banques, surtout tant que le taux d'intérêt sur les dépôts sont quasiment nuls. En clair, tant que notre épargne sur les livrets d'épargne sera rémunérée à du 0.11%, les banques seront encore gagnantes. Et puis, comme le fait remarquer Julien Manceaux, l'économiste de la banque ING, il ne s'attend pas à une remontée rapide des taux, sans doute moins d'un pour cent avant la fin 2020 et même pour la fin de l'année 2020. Cet économiste estime que nous serons toujours sous la barre des 3.50% pour le taux fixe de plus de dix ans. Voilà une bonne nouvelle pour la rentrée et pour les jeunes ménages en quête de logement.