Le pays a droit à 7,8 milliards d'euros de prêts à taux avantageux, grâce à ce programme dont l'ampleur peut monter jusqu'à 100 milliards. "Nous voulons protéger les entreprises saines en leur disant de ne pas licencier leurs travailleurs, en préservant les expertises et les compétences dans l'entreprise, malgré les difficultés de cette période", a commenté Mme Von der Leyen dans cet entretien en ligne avec VRT NWS.

Des 7,8 milliards d'euros de soutien "SURE" à la Belgique, 6,21 milliards portent sur des mesures fédérales, le reste sur des mesures des entités fédérées. Le programme peut aider à couvrir les coûts directement liés à la création ou à l'extension de dispositifs nationaux de chômage partiel mais aussi d'autres mesures similaires mises en place pour les travailleurs indépendants.

SURE fait partie d'un paquet de plus de 500 milliards d'euros sur lequel se sont accordés les États membres au printemps pour répondre aux premières conséquences de la pandémie de coronavirus. Les Vingt-sept se sont en outre entendus cet été sur un programme de relance de l'économie européenne de 750 milliards d'euros.

Le pays a droit à 7,8 milliards d'euros de prêts à taux avantageux, grâce à ce programme dont l'ampleur peut monter jusqu'à 100 milliards. "Nous voulons protéger les entreprises saines en leur disant de ne pas licencier leurs travailleurs, en préservant les expertises et les compétences dans l'entreprise, malgré les difficultés de cette période", a commenté Mme Von der Leyen dans cet entretien en ligne avec VRT NWS. Des 7,8 milliards d'euros de soutien "SURE" à la Belgique, 6,21 milliards portent sur des mesures fédérales, le reste sur des mesures des entités fédérées. Le programme peut aider à couvrir les coûts directement liés à la création ou à l'extension de dispositifs nationaux de chômage partiel mais aussi d'autres mesures similaires mises en place pour les travailleurs indépendants. SURE fait partie d'un paquet de plus de 500 milliards d'euros sur lequel se sont accordés les États membres au printemps pour répondre aux premières conséquences de la pandémie de coronavirus. Les Vingt-sept se sont en outre entendus cet été sur un programme de relance de l'économie européenne de 750 milliards d'euros.