"L'espace aérien au-dessus de l'Ukraine reste ouvert, l'Etat s'emploie à prévenir les risques pour les compagnies aériennes", a indiqué le ministère des Infrastructures dans un communiqué publié sur Facebook. Samedi, la compagnie néerlandaise KLM a suspendu jusqu'à nouvel ordre tous les vols dans l'espace aérien ukrainien. Un vol prévu samedi soir a été annulé. KLM ne survole plus l'est de l'Ukraine depuis le crash du MH17 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, abattu dans cette région le 17 juillet 2014, tuant les 283 passagers à bord et les 15 membres d'équipage. Moscou a toujours nié toute implication.

Belga
© Belga

Membre de la même alliance, Air France continue en l'état de maintenir son programme de vols entre la France et l'Ukraine, soit "deux vols par semaine, le mardi et le dimanche", a déclaré dimanche une porte-parole à l'AFP. Pour faire face à une demande éventuellement plus importante, vu les annulations d'autres compagnies, Air France a même "augmenté la capacité des vols" en recourant à des Airbus A321, plutôt que les plus petits A319 habituels.

- Assurances suspendues -

Samedi, un avion de la compagnie ukrainienne SkyUP reliant Madère, au Portugal, à Kiev a dû atterrir à Chisinau, en Moldavie, le propriétaire de l'avion ayant interdit son entrée dans l'espace aérien ukrainien. Toujours selon SkyUP, les grandes compagnies d'assurance ont informé samedi les transporteurs aériens ukrainiens qu'elles suspendaient l'assurance des avions pour les vols dans l'espace aérien de l'Ukraine pendant 48 heures en raison des risques accrus d'hostilités. "Nous avons temporairement suspendu la vente des billets pour les vols du 14 au 16 février 2022", a souligné le PDG de SkyUP Dmitro Serooukhov. Le gouvernement ukrainien admet que le problème pourrait venir des assureurs. "L'Ukraine est prête à soutenir les transporteurs aériens et les décisions gouvernementales nécessaires seront prises prochainement", a pour sa part déclaré Kyrylo Timochenko, adjoint au chef de l'administration présidentielle. "Si nécessaire, l'État assurera le retour de tous les citoyens ukrainiens de l'étranger", a déclaré le ministre des Infrastructures Oleksandre Koubrakov.

"L'espace aérien au-dessus de l'Ukraine reste ouvert, l'Etat s'emploie à prévenir les risques pour les compagnies aériennes", a indiqué le ministère des Infrastructures dans un communiqué publié sur Facebook. Samedi, la compagnie néerlandaise KLM a suspendu jusqu'à nouvel ordre tous les vols dans l'espace aérien ukrainien. Un vol prévu samedi soir a été annulé. KLM ne survole plus l'est de l'Ukraine depuis le crash du MH17 qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, abattu dans cette région le 17 juillet 2014, tuant les 283 passagers à bord et les 15 membres d'équipage. Moscou a toujours nié toute implication. Membre de la même alliance, Air France continue en l'état de maintenir son programme de vols entre la France et l'Ukraine, soit "deux vols par semaine, le mardi et le dimanche", a déclaré dimanche une porte-parole à l'AFP. Pour faire face à une demande éventuellement plus importante, vu les annulations d'autres compagnies, Air France a même "augmenté la capacité des vols" en recourant à des Airbus A321, plutôt que les plus petits A319 habituels.Samedi, un avion de la compagnie ukrainienne SkyUP reliant Madère, au Portugal, à Kiev a dû atterrir à Chisinau, en Moldavie, le propriétaire de l'avion ayant interdit son entrée dans l'espace aérien ukrainien. Toujours selon SkyUP, les grandes compagnies d'assurance ont informé samedi les transporteurs aériens ukrainiens qu'elles suspendaient l'assurance des avions pour les vols dans l'espace aérien de l'Ukraine pendant 48 heures en raison des risques accrus d'hostilités. "Nous avons temporairement suspendu la vente des billets pour les vols du 14 au 16 février 2022", a souligné le PDG de SkyUP Dmitro Serooukhov. Le gouvernement ukrainien admet que le problème pourrait venir des assureurs. "L'Ukraine est prête à soutenir les transporteurs aériens et les décisions gouvernementales nécessaires seront prises prochainement", a pour sa part déclaré Kyrylo Timochenko, adjoint au chef de l'administration présidentielle. "Si nécessaire, l'État assurera le retour de tous les citoyens ukrainiens de l'étranger", a déclaré le ministre des Infrastructures Oleksandre Koubrakov.