La FEB met en avant les dernières prévisions de ce comité selon lesquelles les dépenses sociales augmenteront de 3,8 points de pourcentage du PIB entre 2018 et 2070. Cela représenterait une augmentation de 25,2% aujourd'hui à 27,6% en 2070, avec un pic de 29,1% en 2040.

Pour la fédération patronale, "les mesures prises au cours de la législature écoulée ont permis de réduire quelque peu la facture", mais la solution réside, selon la FEB, dans des carrières plus longues et un taux d'emploi plus élevé qui doivent constituer "deux fers de lance de la politique socio-économique de la prochaine législature."

La FEB souligne que la difficulté à pourvoir les emplois vacants constitue "un problème majeur et un frein" à la poursuite du relèvement du taux d'emploi. Le taux d'emploi vacant se situe à un niveau particulièrement élevé en Belgique, singulièrement au nord du pays.