L'inflation avait atteint 1,10% en février et 1,41% en janvier.

En mars, les principales hausses de prix ont concerné les fruits, les voyages à l'étranger, les loyers ainsi que le sucre, la confiture et les chocolats. A l'inverse, les carburants, les chambres d'hôtel, le gaz naturel, les fleurs et les plantes, le poisson et les fruits de mer, les services combinés de télécommunication (les packs), la téléphonie mobile, les produits de nettoyage et d'entretien ainsi que l'électricité ont exercé un effet baissier sur l'indice.

Pas encore "d'effet Covid"

"L'impact du Covid-19 sur le calcul de l'indice des prix à la consommation de mars est limité. La collecte locale des prix était pratiquement terminée lorsque les mesures sont entrées en vigueur", souligne le SPF Économie. L'inflation calculée sur la base de l'indice santé a également baissé, passant de 1,00% à 0,84%.

L'inflation avait atteint 1,10% en février et 1,41% en janvier. En mars, les principales hausses de prix ont concerné les fruits, les voyages à l'étranger, les loyers ainsi que le sucre, la confiture et les chocolats. A l'inverse, les carburants, les chambres d'hôtel, le gaz naturel, les fleurs et les plantes, le poisson et les fruits de mer, les services combinés de télécommunication (les packs), la téléphonie mobile, les produits de nettoyage et d'entretien ainsi que l'électricité ont exercé un effet baissier sur l'indice. "L'impact du Covid-19 sur le calcul de l'indice des prix à la consommation de mars est limité. La collecte locale des prix était pratiquement terminée lorsque les mesures sont entrées en vigueur", souligne le SPF Économie. L'inflation calculée sur la base de l'indice santé a également baissé, passant de 1,00% à 0,84%.