En économie, on appelle "externalité" le fait que le comportement d'un agent économique ait des conséquences (positives ou négatives) sur un ou plusieurs autres agents économiques, sans que celles-ci soient compensées financièrement. Dès lors, le coût (ou le bénéfice) de ce comportement perçu par l'agent économique est inférieur à celui pour l'ensemble de la société. C'est l'économiste Arthur Pigou qui en a développé le concept.
...

En économie, on appelle "externalité" le fait que le comportement d'un agent économique ait des conséquences (positives ou négatives) sur un ou plusieurs autres agents économiques, sans que celles-ci soient compensées financièrement. Dès lors, le coût (ou le bénéfice) de ce comportement perçu par l'agent économique est inférieur à celui pour l'ensemble de la société. C'est l'économiste Arthur Pigou qui en a développé le concept. Une fois prise en compte l'existence d'une externalité (ce qui fait souvent déjà débat), se pose la question de sa compensation. Une première approche consiste à imposer une taxe ou un subside pour révéler, en quelque sorte, le coût sociétal de la production et/ou la consommation de biens et services générant l'externalité. L'actualité nous offre à ce sujet deux bonnes illustrations... Primo, les émissions de CO2 issues de très nombreuses activités sont l'exemple même d'une externalité négative. Le "pollueur" n'en voit pas le coût et n'a longtemps pas été tenu pour responsable de celui-ci. Dès lors, l'introduction d'une taxe représentative de ce coût - une taxe CO2 donc - permet effectivement d'internaliser l'ensemble des coûts que lesdites activités génèrent. Cet instrument se révèle très puissant car il ne se limite pas à faire payer le pollueur pour donner bonne conscience. Le fonctionnement des marchés incluant une taxe CO2 menant à une modification des prix relatifs des biens et services produits, celle-ci conduira effectivement à une moindre production (et consommation) des biens les plus polluants. Les alternatives moins émettrices seront naturellement privilégiées par un prix relatif moins élevé. Voilà pourquoi l'idée d'une taxe CO2 reste l'instrument faisant le plus large consensus auprès des économistes pour réduire les émissions. Secundo, la vaccination est un très bon exemple d'externalité positive. Faut-il encore le rappeler en cette période de pandémie? Se faire vacciner offre une protection, au moins partielle, contre une maladie mais contribue également à atteindre l'immunité collective ne permettant plus au virus de circuler. Se faire vacciner a donc un avantage pour l'individu mais aussi pour la santé publique. Or, cet avantage n'est souvent pas pris en compte par l'individu. Il met en balance le prix du vaccin et son bénéfice pour lui-même, sans tenir compte de l'externalité que sa vaccination aura sur la société tout entière. Ceci justifie que l'on subsidie la vaccination pour que le rapport coût-bénéfice s'améliore et que davantage de personnes se fassent vacciner. On peut ainsi comprendre qu'il n'a jamais été question de faire payer la vaccination contre le covid, compte tenu de l'enjeu de santé publique que cela représente. Et on pourrait aller plus loin: certains pays réfléchissent à rétribuer les personnes qui se font vacciner. Cela correspond au même principe: augmenter le subside (qui, dans ce cas-ci, rend le prix du vaccin négatif pour le candidat à la vaccination) afin d'améliorer le rapport coût- bénéfice et augmenter le nombre de vaccinés... et donc l'externalité positive sur la santé publique. Le concept d'externalité est donc très intéressant pour réconcilier le fonctionnement théorique d'un marché (fondé sur de nombreuses hypothèses) et la réalité du terrain. Ceci étant, qu'il soit compensé par des taxes et des subsides, ou par une allocation des ressources plus précise comme l'a proposé plus tard l'économiste (et prix Nobel) Ronald Coase, l'externalité se réfère toujours au fonctionnement d'un marché, c'est-à-dire un prix et une quantité échangée issus de la libre confrontation de l'offre et de la demande. Les adeptes d'une économie planifiée ne trouveront donc, dans ce concept, pas de réponse satisfaisante à leurs yeux.