Ce jeudi, les ministres européens des Transports ont adopté une position commune sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur des transports. Il s'agit plus exactement de trois propositions législatives : l'AFIR (le règlement sur l'infrastructure des carburants alternatifs), la FuelEU Maritime (pour le secteur maritime) et la RefuelEU Aviation (pour le secteur aérien).
...

Ce jeudi, les ministres européens des Transports ont adopté une position commune sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur des transports. Il s'agit plus exactement de trois propositions législatives : l'AFIR (le règlement sur l'infrastructure des carburants alternatifs), la FuelEU Maritime (pour le secteur maritime) et la RefuelEU Aviation (pour le secteur aérien).Ces trois propositions font partie du paquet législatif intitulé "Ajustement à l'objectif 55". Celui-ci doit permettre à l'UE d'atteindre son objectif de réduction d'au moins 55% de ses émissions nettes de gaz à effet de serre à l'horizon 2030, et de neutralité carbone d'ici 2050. Et pour ce qui est du secteur des transports en particulier, l'objectif est fixé à 90% d'émissions GES en moins. Un secteur qui représente aujourd'hui plus du quart des émissions de l'UE.L'objectif principal de la première proposition - l'AFIR - est de veiller à ce qu'il existe un réseau suffisant d'infrastructures accessibles au public pour recharger et ravitailler les véhicules routiers et les navires en carburants alternatifs. Il s'agit également d'assurer un fonctionnement partagé au sein de l'UE et de garantir que ces infrastructures sont faciles d'utilisation.Pour le Conseil de l'Union européenne - ou Conseil - cette proposition joue "un rôle important" pour ne pas freiner le recours aux véhicules et navires à émissions faibles ou nulles. Le but est d'initier un "cercle vertueux", et ainsi permettre au secteur des transports de réduire significativement son empreinte carbone. Le Conseil affirme que "les règles révisées fourniront un signal clair aux citoyens et aux parties prenantes qu'une infrastructure de recharge suffisante et ergonomique sera installée dans toute l'Union".Concrètement, l'UE veut agir sur trois grands domaines clés qui auront, selon elle, un réel impact pour réduires les émissions GES :Enfin, le Conseil précise que s'agissant de la facilité d'utilisation de l'infrastructure de recharge électrique et de ravitaillement en hydrogène, "les besoins des usagers concernant les différentes options de paiement et d'affichage des prix ont été pleinement pris en compte". Un réexamen régulier sera effectué afin de tenir compte des développements technologiques et de marché attendus en ce qui concerne les poids-lourds.Mais l'Union européenne veut aller plus loin. Ainsi, la deuxième proposition - FuelEU Maritime - vise à promouvoir l'utilisation de carburants renouvelables et bas carbone dans le transport maritime. L'UE souhaite ainsi accroître la demande en énergie verte "tout en assurant la fluidité du trafic maritime et en évitant les distorsions sur le marché intérieur". L'orientation générale du Conseil a révélé cinq domaines d'actions :Des objectifs qui se sont transposés au secteur aérien. Ainsi, le Conseil a adopté une troisième et dernière proposition - RefuelEU Aviation. Là aussi, il s'agit d'accroître la demande et l'offre de carburants durables d'aviation (SAF), y compris de carburants de synthèse, "tout en assurant des conditions de concurrence équitables sur l'ensemble du marché du transport aérien de l'UE". Le Conseil admet que pour se faire, ces carburants durables d'aviation doivent permettre de sortir de la "situation préjudiciable" à leur développement. Ils pâtissent en effet d'une faible offre, d'une faible demande et de prix encore très supérieurs aux carburants fossiles.L'orientation générale du Conseil a là aussi dégagé quatre positions sur lesquels travailler : Ces propositions - ou "orientations générales" dans le jargon européen - adoptées par le Conseil ce jeudi lui permettront d'entamer les négociations avec le Parlement européen pour une adoption définitive.Aurore Dessaigne