Selon les dernières prévisions du ministère de l'Economie, l'Allemagne devrait enregistrer une croissance de 0,2% en 2023, d'après un communiqué du ministère de l'économie.

A l'automne dernier, Berlin s'attendait à une contraction de 0,4% du PIB sur fond d'envolée des prix de l'énergie pour le secteur industriel et de baisse du pouvoir d'achat.

De nombreux instituts économiques et experts avaient tablé, eux aussi, sur une chute de la richesse produite en 2023, avant de réviser à la hausse leurs prévisions ces dernières semaines.

L'Allemagne "a tenu bon", constate le ministère de l'Economie, soulignant la "résilience" de l'activité face à la crise énergétique. Il salue notamment les efforts d'économies d'énergies des consommateurs après que la Russie a progressivement coupé ses livraisons de gaz l'année dernière.

Energie en baise et plan d'aide

La semaine dernière, le chancelier Olaf Scholz se disait "convaincu" que le pays n'entrerait pas en récession". "Je pense que personne ne s'attendait vraiment à ce que nous survivions facilement à une situation où il y aurait un arrêt total de l'approvisionnement en gaz russe à l'Allemagne", avait-il déclaré.

Les prix de l'énergie ont baissé ces derniers mois, grâce à un hiver doux en Europe, et aux efforts de Berlin pour accroître son approvisionnement en gaz naturel liquéfié.

L'Allemagne a également débloqué un budget de plus de 200 milliards d'euros pour soutenir l'économie, finançant un bouclier des prix de l'énergie. La consommation privée est ainsi devenue en fin d'année le principal pilier de l'activité, tandis que le secteur industriel et les exportations étaient à la peine.

La baisse des prix de l'énergie a aidé l'inflation à redescendre, après le pic de 10,4% en octobre.

Le ministère de l'Economie s'attend à ce que cette tendance continue cette année. D'après le rapport publié mercredi, l'inflation devrait retomber à 6% cette année, après avoir atteint 7,9% en moyenne en 2022, un record dans l'Allemagne d'après-guerre.

Le gouvernement doit néanmoins continuer de sécuriser l'approvisionnement énergétique, renforcer la compétitivité de l'Allemagne et sa "souveraineté stratégique", indique le rapport.

Selon les dernières prévisions du ministère de l'Economie, l'Allemagne devrait enregistrer une croissance de 0,2% en 2023, d'après un communiqué du ministère de l'économie. A l'automne dernier, Berlin s'attendait à une contraction de 0,4% du PIB sur fond d'envolée des prix de l'énergie pour le secteur industriel et de baisse du pouvoir d'achat.De nombreux instituts économiques et experts avaient tablé, eux aussi, sur une chute de la richesse produite en 2023, avant de réviser à la hausse leurs prévisions ces dernières semaines.L'Allemagne "a tenu bon", constate le ministère de l'Economie, soulignant la "résilience" de l'activité face à la crise énergétique. Il salue notamment les efforts d'économies d'énergies des consommateurs après que la Russie a progressivement coupé ses livraisons de gaz l'année dernière.La semaine dernière, le chancelier Olaf Scholz se disait "convaincu" que le pays n'entrerait pas en récession". "Je pense que personne ne s'attendait vraiment à ce que nous survivions facilement à une situation où il y aurait un arrêt total de l'approvisionnement en gaz russe à l'Allemagne", avait-il déclaré.Les prix de l'énergie ont baissé ces derniers mois, grâce à un hiver doux en Europe, et aux efforts de Berlin pour accroître son approvisionnement en gaz naturel liquéfié. L'Allemagne a également débloqué un budget de plus de 200 milliards d'euros pour soutenir l'économie, finançant un bouclier des prix de l'énergie. La consommation privée est ainsi devenue en fin d'année le principal pilier de l'activité, tandis que le secteur industriel et les exportations étaient à la peine. La baisse des prix de l'énergie a aidé l'inflation à redescendre, après le pic de 10,4% en octobre. Le ministère de l'Economie s'attend à ce que cette tendance continue cette année. D'après le rapport publié mercredi, l'inflation devrait retomber à 6% cette année, après avoir atteint 7,9% en moyenne en 2022, un record dans l'Allemagne d'après-guerre.Le gouvernement doit néanmoins continuer de sécuriser l'approvisionnement énergétique, renforcer la compétitivité de l'Allemagne et sa "souveraineté stratégique", indique le rapport.