"D'une part, l'assouplissement des mesures liées au Covid devrait donner un solide coup de pouce aux secteurs des services et aux dépenses de consommation liées à ces services", peut-on lire dans ce rapport mensuel de la Bundesbank pour le mois de mai. Mais "d'autre part, les conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie augmentent la pression en raison de l'inflation galopante (7,4% en avril, un record, NDLR) et des problèmes d'approvisionnement."

En outre, une enquête menée par la Banque fédérale d'Allemagne auprès de quelque 500 entreprises montre que les pertes de production dues à la guerre en Ukraine vont augmenter au cours du deuxième trimestre de cette année. Certains fabricants craignent des "pertes de production notables" jusqu'en 2024.

En raison de sa forte dépendance au gaz russe et du poids de son industrie, l'Allemagne est, en effet, plus exposée que ses voisins européens aux conséquences économiques du conflit armé mené par la Russie de Vladimir Poutine

Le comité des "sages", influent groupe d'économistes qui conseille le gouvernement allemand, a d'ailleurs sabré fin mars sa prévision de croissance 2022 à 1,8%, contre 4,6% initialement.

"D'une part, l'assouplissement des mesures liées au Covid devrait donner un solide coup de pouce aux secteurs des services et aux dépenses de consommation liées à ces services", peut-on lire dans ce rapport mensuel de la Bundesbank pour le mois de mai. Mais "d'autre part, les conséquences de l'invasion de l'Ukraine par la Russie augmentent la pression en raison de l'inflation galopante (7,4% en avril, un record, NDLR) et des problèmes d'approvisionnement." En outre, une enquête menée par la Banque fédérale d'Allemagne auprès de quelque 500 entreprises montre que les pertes de production dues à la guerre en Ukraine vont augmenter au cours du deuxième trimestre de cette année. Certains fabricants craignent des "pertes de production notables" jusqu'en 2024. En raison de sa forte dépendance au gaz russe et du poids de son industrie, l'Allemagne est, en effet, plus exposée que ses voisins européens aux conséquences économiques du conflit armé mené par la Russie de Vladimir Poutine Le comité des "sages", influent groupe d'économistes qui conseille le gouvernement allemand, a d'ailleurs sabré fin mars sa prévision de croissance 2022 à 1,8%, contre 4,6% initialement.