Le capitalisme ne tourne plus rond. Ce n'est pas nouveau, mais les aberrations ne font que s'aggraver. Et la pire aberration actuelle du capitalisme, ce sont les taux d'intérêt négatifs. Aujourd'hui pour prêter de l'argent à l'Allemagne, les investisseurs doivent payer une prime !

C'est fou, et avec des taux d'intérêt négatifs, celui qui emprunte reçoit donc de l'argent ! C'est tout aussi dingue. Ce phénomène des taux d'intérêt négatifs est une telle aberration qu'on n'en parle pas dans les livres d'économie. Ou alors deux ou trois lignes pas plus et encore en disant que ce n'est pas possible, que c'est une hérésie.

Alors, c'est vrai, lorsque les taux négatifs sont apparus, nous étions en pleine crise. Mais aujourd'hui comment les justifier ? Il n'y a pas de faillite d'Etat, pas encore de récession, pas de faillite bancaire. Donc, c'est bizarre. Et en plus, comme le font remarquer plusieurs commentateurs boursiers, ces taux bas ou taux négatifs sont une aubaine pour les cancres, une prime formidable pour les cancres.

Avec des taux d'intérêt négatifs, celui qui emprunte reçoit donc de l'argent!

Bien entendu, les cancres, ce sont les Etats très endettés. Comme les taux sont à 0% ou négatifs, cela ne les incite pas à mettre de l'ordre dans leur maison. Au contraire, les mauvais dirigeants politiques peuvent se permettre d'augmenter encore l'endettement de leur pays. Et c'est vrai, pourquoi se gêner quand l'argent emprunté est gratuit ?

L'autre aberration de cet argent gratuit, c'est qu'il renforce les inégalités au sein de la population. Les pauvres ne peuvent pas épargner ou doivent se contenter d'un livret d'épargne qui ne rapporte rien. Et les plus riches, deviennent encore plus riches grâce notamment à la Bourse. Et oui, là aussi, il y a une autre aberration en cours. Aujourd'hui, à chaque fois qu'une mauvaise nouvelle économique apparait, la Bourse, au lieu de plonger, grimpe au contraire. Pourquoi ? Parce que les investisseurs partent du principe que tant que l'économie ne se sera pas redressée, les autorités monétaires feront en sorte de garder les taux d'intérêt les plus bas possibles. Et ça, c'est une aubaine pour la Bourse, car les taux bas sont son carburant le plus puissant. Forcément, quand tous les autres placements ne rapportent plus rien, il faut bien aller chercher du rendement en Bourse. En France, les PDG des grandes entreprises de luxe en profitent pleinement. Les 14 milliardaires français qui figurent dans la liste des 500 personnes les plus riches au monde ont vu leur fortune augmenter de 35% en six mois à peine. Et grâce à quoi ? Aux actions du secteur du luxe et de la cosmétique, deux secteurs qui plaisent aux investisseurs et donc les cours boursiers ont explosé.

Comme disait un très grand patron de ce secteur, on ne sait pas si Facebook sera encore là dans 100 ans, mais on sait avec certitude que les gens boiront encore du champagne. A votre santé donc !