Alors que les canons russes rugissent en Ukraine, l'Occident met en oeuvre l'artillerie lourde économique. Les cibles sont la banque centrale russe, qui ne peut plus utiliser ses réserves de change internationales, et une sélection de banques russes, qui ont été exclues de Swift, la plateforme mondiale de communication bancaire. Ces interventions devraient porter un coup dur à l'économie russe. Les entreprises occidentales, avec ou sans succursales en Russie, supporteront ces coups. Dans de nombreux quartiers généraux, la période actuelle est fébrile.
...

Alors que les canons russes rugissent en Ukraine, l'Occident met en oeuvre l'artillerie lourde économique. Les cibles sont la banque centrale russe, qui ne peut plus utiliser ses réserves de change internationales, et une sélection de banques russes, qui ont été exclues de Swift, la plateforme mondiale de communication bancaire. Ces interventions devraient porter un coup dur à l'économie russe. Les entreprises occidentales, avec ou sans succursales en Russie, supporteront ces coups. Dans de nombreux quartiers généraux, la période actuelle est fébrile."Le marché russe a beaucoup de potentiel, malgré tout", déclare Johan Vanderplaetse. Ce Belge le sait, il vit et travaille en Russie depuis 30 ans, parle couramment le russe et est marié à une Russe. Il est également président de l'AEB (Association of European Business), l'organisation de lobbying des grandes entreprises européennes en Russie, qui compte parmi ses membres ABB, BASF, Danone et d'autres grands noms. Cela signifie que M. Vanderplaetse s'assied parfois à la table des négociations avec les plus hauts responsables russes. Dans sa vie professionnelle quotidienne, il est un cadre supérieur de la multinationale Schneider Electric. Basé à Zurich, il dirige les ventes mondiales de la division d'automatisation industrielle. Jusqu'à il y a peu, il était le plus haut dirigeant de Schneider Electric en Russie, où le groupe français possède cinq usines qui emploient ensemble 8 000 personnes. En bref, Vanderplaetse connaît la Russie.Le moins que l'on puisse dire, c'est que la situation n'est pas favorable aux entreprises russes.JOHAN VANDERPLAETSE. "Les événements actuels auront un effet dramatique sur l'économie russe. Nous naviguons en eaux inconnues. Mais si l'on met de côté la guerre de ces derniers jours, je constate que tous les membres de l'AEB ont enregistré des bénéfices records en Russie l'année dernière."Comment cela se fait-il ?VANDERPLAETSE. "Les entreprises occidentales qui ont eu le courage d'investir dans la production russe ont été récompensées de quatre manières. Premièrement, ils avaient à la fois des revenus et des dépenses en roubles, ce qui les protégeait des fluctuations du taux de change. Deuxièmement, la production en Russie est bon marché, ce qui donne un avantage concurrentiel aux entreprises occidentales en Russie. Troisièmement, la mauvaise image de la Russie signifie que les entreprises occidentales ont peu de concurrents sur le marché russe, et peuvent donc pratiquer des prix attractifs. Cela rejoint la quatrième explication : le consommateur russe est prêt à payer pour la qualité."Avant cette guerre et les nouvelles sanctions occidentales, l'économie russe bouillonnait de vie. VANDERPLAETSE. "On peut toujours faire mieux, bien sûr, mais l'économie se portait mieux que jamais depuis la chute de l'Union soviétique au début des années 1990. Il n'y a pratiquement pas de chômage. L'inflation augmente, mais elle reste sous contrôle. Et la flambée des prix du pétrole et du gaz naturel crée un excédent commercial et remplit les caisses de l'État. La réserve en devises étrangères de la Russie s'élève à 630 milliards de dollars. Les problèmes comprennent une forte dépendance à l'égard des revenus du pétrole et du gaz naturel, la corruption et la domination économique des entreprises d'État. Mais dans l'ensemble, l'économie russe se porte bien. Cela explique aussi l'orgueil démesuré du président Vladimir Poutine. Jusqu'à présent, la famille russe moyenne n'a jamais été aussi bien lotie."Poutine pense-t-il également à la prospérité future de cette famille moyenne, par exemple en diversifiant l'économie russe ?VANDERPLAETSE. "La dépendance au pétrole et au gaz naturel se réduit depuis dix ans. L'agriculture est un exemple de diversification réussie. La Russie est à nouveau un acteur important sur le marché mondial. Dans le même temps, la Russie gagne davantage en exportant des produits agricoles qu'en exportant des équipements militaires. En réponse aux sanctions occidentales de 2014, la Russie a investi dans la production alimentaire locale, avec grand succès. Il y a dix ans, un supermarché russe proposait du beurre finlandais, du boeuf allemand et des cuisses de poulet américaines. Aujourd'hui, 90 % de la nourriture de ce supermarché est produite localement."Osez-vous manger des cuisses de poulet russes ?VANDERPLAETSE. "Absolument. La Russie a mis en place un agro-business de qualité. Venez en Russie et nous jetterons un coup d'oeil au supermarché ou bien nous visiterons les restaurants de Moscou. Vous serez étonné par la scène gastronomique de cette ville. Chaque Occidental revient de Russie avec une impression différente. Cela en dit long sur le rôle des médias occidentaux, qui présentent, principalement, l'image stéréotypée d'une Russie arriérée. Mais il est vrai que cela vient de deux côtés. La couverture russe de l'Occident est également biaisée, avec une attention constante portée à nos problèmes de migration, aux questions LGBT et à notre soi-disant décadence. Cela explique le fossé entre la Russie et l'Occident. Nous ne nous comprenons tout simplement pas. Et il est inconcevable qu'une telle chose soit encore possible au 21e siècle."Les sanctions occidentales depuis 2014 n'auront pas aidé à cette compréhension mutuelle.VANDERPLAETSE. "Les sanctions occidentales étaient alors une réaction à l'annexion de la Crimée par la Russie. Si les sanctions avaient fonctionné, on n'en serait jamais arrivé à une guerre en Ukraine. Les sanctions ont eu l'effet inverse : les réformateurs pro-occidentaux ont disparu du Kremlin. Poutine n'écoute plus que les partisans de la ligne dure. En outre, de nombreux Russes considèrent les sanctions comme une attaque contre leur pays. Cela conduit au fameux rassemblement autour du drapeau, auquel Poutine a intelligemment répondu. Les sanctions ont également poussé les Russes dans les bras de la Chine. Les chiffres montrent une augmentation des échanges entre la Russie et la Chine, au détriment de l'Europe."Dans l'intervalle, l'Occident adopte de nouvelles sanctions plus sévères encore, telles que l'interdiction de Swift pour les banques russes.VANDERPLAETSE. "Les nouvelles sanctions vont nuire à l'économie russe et accroître le dégoût d'une partie de la population pour l'Occident. En Russie, les sanctions sont vécues comme une humiliation, et nous avons intérêt à nous rendre compte de ce que cela signifie pour ce pays vindicatif et paranoïaque qui possède des armes nucléaires. La Russie est une société blessée, tout comme l'Allemagne l'était dans les années 1920 et 1930. Les Russes n'ont pas vraiment été vaincus dans la guerre froide, mais ils le ressentent ainsi. C'est un moment très délicat. Les décisions peuvent être complètement erronées. Cette crise est le résultat de vingt ans d'incompréhension de la Russie. Si l'Occident avait été plus intelligent, il n'aurait jamais eu à en arriver à ce point. Dieu sait quelles conséquences cette crise aura si la Russie devient encore plus paranoïaque." La Russie est-elle paranoïaque, ou bien est-ce Poutine ?VANDERPLAETSE. "Depuis la pandémie de coronavirus, Poutine vit dans un bunker, coupé du monde. Comme je l'ai dit, il n'est entouré que de partisans de la ligne dure, qui sont eux-mêmes paranoïaques et ont peu à perdre, car ils figurent depuis longtemps sur la liste des sanctions occidentales. Selon certaines personnes - et ce sont des spéculations, j'en suis bien conscient - Poutine est gravement malade. Sa faible condition physique aiderait à expliquer sa paranoïa. Vous avez vu les images de Poutine à une table de dix mètres de long, avec le président français Emmanuel Macron de l'autre côté. Voilà à quel point Poutine a peur d'attraper le covid. Vous vous retrouvez donc avec un autocrate paranoïaque ayant vraisemblablement de graves problèmes de santé, qui réfléchit à son héritage. Dans de telles circonstances, la rationalité se transforme facilement en irrationalité. Poutine est un combattant de la rue qui a été mis au pied du mur. Il ne survivra pas à ça. Son régime pourrait tomber rapidement, par un putsch par exemple. Mais il pourrait tout aussi bien durer longtemps, avec des années de répression. Tout est possible, et cela me fait peur. J'espère du fond de mon coeur que je me trompe. Mais je n'exclus plus rien."Des manifestations ont lieu dans certaines villes russes.VANDERPLAETSE. "Vous assistez en effet à une évolution de la société. La plupart des Russes ont soutenu l'annexion de la Crimée, y compris la plupart de mes amis russes. L'Ukraine est une histoire complètement différente. De nombreux Russes, en particulier les plus instruits, trouvent cette guerre complètement fausse. De nombreux Russes ont un lien personnel avec l'Ukraine. Je vois de plus en plus de protestations bouillonner contre le régime de Poutine, ce qui entraînera une répression encore plus dure."Comment voyez-vous l'expansion de l'OTAN ?VANDERPLAETSE. "Vous connaissez l'ancien diplomate américain George Kennan, qui fut le père de la politique dite d'endiguement américaine, destinée à freiner l'influence du communisme. On ne peut donc pas dire qu'il soit un conciliateur. Mais en 1997, avant même que Poutine n'apparaisse sur la scène, Kennan déclarait que l'expansion de l'OTAN serait la plus grande erreur de l'après-guerre froide. Cela montre que la génération précédente de diplomates et d'hommes d'État - je pense au président américain George Bush senior ou au chancelier allemand Helmut Kohl - comprenait les sensibilités russes bien mieux que la génération actuelle."Quelles sont ces sensibilités ?VANDERPLAETSE. "La résistance russe à l'expansion de l'OTAN date d'avant Poutine. Le fait que l'OTAN ait des intentions défensives ne peut tout simplement pas être expliqué à un Russe. Je ne peux même pas l'expliquer à ma femme russe. Les Russes considèrent l'OTAN comme une organisation offensive. Ils utilisent comme argument les bombardements de l'OTAN au Kosovo en 1999 et en Libye en 2011, tous deux sans mandat de l'ONU. Aujourd'hui, l'OTAN s'est installée en Estonie, à 180 kilomètres à peine de Saint-Pétersbourg. Il y a quelques jours, Poutine a fait remarquer que l'OTAN pourrait attaquer la deuxième ville de Russie en quelques minutes. Cette peur est vraiment dans l'esprit des Russes. Vous comprendrez alors la crainte d'une adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Ukraine signifie "frontière" en russe. Presque tous les Russes y ont des liens familiaux ou des amis. Et c'est précisément ce pays qui rejoindrait une alliance qui menace la Russie. L'ironie est que les actions irréfléchies de Poutine ne font que renforcer l'OTAN."Revenons à l'économie. Les Russes sont généralement bien éduqués, et peuvent compter de bons mathématiciens et ingénieurs. Pourquoi ne voyons-nous pas encore des entreprises technologiques de classe mondiale russes ?VANDERPLAETSE. "Encore une fois, venez à Moscou. L'interaction numérique du citoyen avec la ville atteint un niveau de sophistication que l'on ne trouve pas en Belgique. Le meilleur exemple est Yandex, fondé par des ingénieurs russes. Yandex peut être décrit comme la combinaison du moteur de recherche Google, du magasin en ligne Amazon et de la société de livraison de repas Deliveroo, mais avec une convivialité supérieure. Ou prenez la plus grande banque de Russie, Sberbank. Ses services numériques surpassent ceux des banques occidentales. Les nouvelles sanctions financières et technologiques vont probablement frapper durement le secteur informatique russe. Mais la Russie, en tant que retardataire, est une image persistante qui va à l'encontre de la réalité."Mais en dehors de Moscou, cette image colle déjà beaucoup moins à la réalité, non ?VANDERPLAETSE. "Vous avez raison. Moscou est une île. En s'éloignant de 100 kilomètres de Moscou, on se retrouve dans des villes de province et des villages de paysans où le temps s'est arrêté au vingtième siècle. Faites encore 100 kilomètres, et vous vous retrouvez dans des villages du XIXe siècle. En quelques heures de route, vous pouvez visiter trois siècles de Russie. L'Europe occidentale présente également des différences entre la ville et la campagne, mais en Russie, le fossé est dix fois plus profond. Les jeunes Russes ambitieux s'installent à Moscou. Cela explique en partie pourquoi la ville se développe autant. Pendant ce temps, de nombreuses villes dans le reste de la Russie se vident.En parlant de vide, de nombreuses entreprises occidentales renonceront-elles à la Russie après ces nouvelles sanctions ?VANDERPLAETSE. "La Russie avait déjà une mauvaise image avant la crise. Cette image est maintenant complètement détruite. Il n'y aura pas de nouveaux investissements étrangers pendant longtemps. Les entreprises ayant une branche russe reconsidèrent leur présence. Nombre d'entre elles devront tout simplement s'arrêter, notamment les entreprises des secteurs visés par les sanctions. En outre, les restrictions financières font qu'il est très difficile de continuer à travailler dans le pays. Alors oui, de nombreuses entreprises vont quitter la Russie ou restructurer en profondeur leurs activités. Le Russe ordinaire en paiera le prix."Quelles sont les conséquences concrètes des sanctions pour Schneider Electric? Les cinq centrales russes risquent-elles de fermer?VANDERPLAETSE. "Nous aussi, nous avons dû prendre des mesures, comme un arrêt de l'approvisionnement. Nous ne savons actuellement pas si et comment nous serons payés. Nos ventes vont chuter brutalement, car nos produits contiennent de nombreux microprocesseurs et d'autres technologies sensibles aux sanctions, et sont destinés à des secteurs susceptibles eux aussi d'être soumis à des sanctions. Il est encore trop tôt pour évaluer l'effet à long terme sur nos usines. Évidemment, cela ne semble pas bon. Mais nous ne nous retirerons certainement pas du pays comme ça. La Russie a traversé davantage de crises dans le passé et finira par s'en remettre. On ne sait pas combien de temps cela prendra cette fois-ci, ni quelle sera l'ampleur de la crise." L'été dernier, Poutine a écrit un essai sur "l'unité historique entre les Russes et les Ukrainiens". N'aurait-il pas mieux fait d'écrire un essai sur une vie meilleure pour le Russe moyen, qui a vu son salaire réel stagner depuis dix ans ?VANDERPLAETSE. "Absolument. Avec une bonne gouvernance, la Russie serait le pays le plus riche du monde. Les Russes ont non seulement les cerveaux mais aussi les matières premières. Les investissements dans l'économie feraient de la Russie un pays fort et prospère. Je ne suis pas pessimiste. Lorsque je suis arrivé en Russie, jeune homme de 25 ans, une génération était aux commandes, ouverte à l'Occident, au marché libre et à la démocratie. Cette génération avait grandi avec les catastrophes de l'Union soviétique communiste. La génération, qui est aujourd'hui aux commandes, a connu sa jeunesse dans les années 1990, avec la chute de l'Union soviétique et l'avènement du marché libéral qui ont débouché sur le chaos et la pauvreté. Dans mon entreprise, je vois maintenant la nouvelle génération grandir. Ils ne se souviennent pas des années 1990, et n'ont connu personne d'autre que Poutine comme président. Ils sont fatigués de l'argument, selon lequel il a apporté l'ordre et la stabilité, et de la corruption. Dans dix à quinze ans, cette génération sera à la barre. Il sera alors temps de réinitialiser nos relations avec la Russie. L'Occident devrait inviter ces jeunes Russes, leur montrer comment nous vivons, afin qu'ils reviennent avec une image de nous différente de celle présentée par les médias russes. Nous devons punir le régime, pas le Russe ordinaire. En attendant, nous devrons marcher sur des oeufs. La Russie reste notre plus grand voisin. Mais avec Poutine, on ne sait jamais."