Le secteur pharmaceutique et la Fondation Bill et Melinda Gates sont à la recherche de principes actifs pour aider à contrôler la pandémie coronale. Et tandis que le monde entier observe avec suspicion les hauts et les bas des vaccins de Pfizer et Moderna, Neyts et son équipe travaillent assidûment à la mise au point d'un nouveau vaccin plus puissant contre le SRAS-CoV-2, basé sur un vaccin extrêmement efficace contre la fièvre jaune.
...

Le secteur pharmaceutique et la Fondation Bill et Melinda Gates sont à la recherche de principes actifs pour aider à contrôler la pandémie coronale. Et tandis que le monde entier observe avec suspicion les hauts et les bas des vaccins de Pfizer et Moderna, Neyts et son équipe travaillent assidûment à la mise au point d'un nouveau vaccin plus puissant contre le SRAS-CoV-2, basé sur un vaccin extrêmement efficace contre la fièvre jaune.Et ce vaccin ?JOHAN NEYTS. "Le vaccin contre la fièvre jaune mobilise le système immunitaire de la manière la plus optimale. Il ne fournit pas seulement des anticorps, il booste également l'activité cellulaire, également connue sous le nom de cellules T. Une seule injection vous protège pour le reste de votre vie. Nous sommes convaincus que notre vaccin contre le SRAS-CoV-2 aura également les propriétés du vaccin contre la fièvre jaune. Malheureusement, nous avons perdu du temps en raison d'un manque de financement destiné à augmenter le processus de production. C'est très frustrant, car vous savez que vous avez quelque chose de bien entre les mains. Ce virus continuera à poser des problèmes pendant très longtemps, notamment dans des régions comme l'Afrique, et c'est là qu'on a besoin de vaccins comme les nôtres, que l'on peut conserver à 5 degrés et qui protége pendant très longtemps. Entre-temps, nous avons également pu l'adapter aux variants. Et nous travaillons sur une solution de financement".On peut s'attendre à un nouveau variant en 2022 ?NEYTS. "Vous ne pouvez vraiment pas prédire si un autre variant émergera et se répandra encore plus rapidement que l'Omicron. C'est Darwin à l'oeuvre : la théorie de l'évolution, la survie du plus apte, pour ce virus. J'espère sincèrement que nous en aurons fini avec les variants au plus tard en 2022, d'autant plus que l'Omicron semble être beaucoup moins agressif que le virus original et les autres variants connus. En attendant, les vaccins peuvent être adaptés. Qui sait, d'ici la fin de l'année 2022, il faudra peut-être procéder à une quatrième injection, mais grâce aux vaccinations, nous disposons déjà d'un assez bon niveau de protection. Mais nous sommes près de 8 milliards sur la planète, et parmi cette population, il y a beaucoup de personnes non vaccinées qui sont des terrains propices aux variants."En attendant, un petit arsenal d'inhibiteurs de virus est en train de se constituer. Le Paxlovid de Pfizer (la pilule anti-covid de Pfizer), en particulier, devrait être très prometteur.NEYTS. "Il y a d'abord eu le Remdesivir (nom de marque Veklury), qui a été développé contre Ebola mais qui est également efficace contre le coronavirus. Des études récentes montrent que si elle est administrée dès les premiers symptômes, le risque de développer une version grave de la maladie est réduit de 87%. Cependant, il a été développé pour être administré par voie intraveineuse. Les patients atteints d'Ebola ne peuvent pas recevoir de médicaments par voie orale car ils vomissent du sang. Le fabricant Gilead travaille donc sur une version à prendre oralement. Je compte l'avoir d'ici la fin de l'année. Il y a aussi le molnupiravir (Lagevrio) de Merck/MSD et surtout le nirmatrelvir (Paxlovid) de Pfizer, qui est un inhibiteur de virus assez puissant. Pfizer avait une longueur d'avance car en 2003, au moment de l'épidémie de SRAS à Hong Kong, elle a commencé à travailler sur un inhibiteur contre ce coronavirus. À cette époque, elle avait accumulé beaucoup de connaissances et pouvait s'appuyer sur celles-ci. Cela montre combien il est important de continuer à travailler sur ces inhibiteurs de virus, même en "temps de paix". Nous étudions également le Paxlovid nous-mêmes. Et nous avons constaté que les rongeurs traités avec Paxlovid ne sont pas infectés lorsqu'ils sont avec des animaux contaminés."Un aspect important est la résistance. Il y a toujours un risque que le virus devienne moins sensible à un médicament s'il est mal utilisé. C'est pourquoi, pour le traitement du VIH et de l'hépatite C, les plusieurs médicaments sont administrés en association. Nous étudions ici le virus dans des conditions de laboratoire et nous constatons heureusement qu'il est difficile pour lui de devenir résistant aux trois médicaments. Mais nous ne devons pas être naïfs. Ce n'est pas parce que cette résistance démarre lentement dans les cultures de tissus en laboratoire qu'elle ne peut pas se développer plus rapidement chez les patients. Et certainement chez les patients immuno-déficients (dont l'immunité est diminuée, comme les patients atteints d'un cancer et les personnes ayant subi une transplantation d'organe, etc.), qui doivent être traités pendant une longue période. C'est aussi le type de patient chez qui des formes variantes du virus peuvent se développer."Qu'avez-vous appris de nouveau sur les virus au cours de cette pandémie ?NEYTS. "Pas grand-chose, en fait. Cela peut sembler un peu pédant, mais nous savions ce qui pouvait se passer : qu'un coronavirus pouvait passer de l'animal à l'homme, se propager rapidement et muter."Et qu'en est-il de l'origine des coronavirus? Accuse-t-on toujours la chauve-souris?NEYTS. "Oui, dans le cas du SRAS, du MERS et du SARS-CoV2, le virus est toujours passé de la chauve-souris, via un hôte intermédiaire, à l'homme. Lors de l'épidémie de SRAS, en 2003 à Hong Kong, le virus est passé de la chauve-souris au chat civette, un mets délicat en Asie du Sud-Est, et a ainsi infecté les humains. Lors de l'épidémie de coronavirus MERS de 2012, en Arabie saoudite, il est passé du chameau à l'homme, mais ces chameaux avaient été contaminés au préalable par des chauves-souris. Avec le SRAS-CoV-2, l'hôte intermédiaire n'est pas connu, mais génétiquement le virus est très proche de certains virus de chauve-souris. Pour être tout à fait clair : nous pouvons exclure la possibilité qu'il s'agisse d'un virus bricolé en laboratoire. On peut le constater à partir de l'empreinte génétique du virus."Ces chauves-souris tropicales, d'ailleurs, sont bourrées de virus ; y compris des virus issus d'autres familles et dont nous savons qu'ils peuvent passer à l'homme. Prenons la famille des paramyxovirus, qui comprend la rougeole, les oreillons et le VRS. À la fin des années 1990, une épidémie de paramyxovirus Nipah s'est déclarée en Malaisie. Le taux de mortalité était de 40 %. Il est passé de la chauve-souris à l'homme en passant par le porc. Et en 1994, en Australie, près de Brisbane, il y a eu une épidémie du virus de l'hendra, qui est passé des chauves-souris aux chevaux, puis aux humains. Le taux de mortalité était de 60 %."De nombreuses personnes se méfient encore des vaccins...NEYTS. "Alors que ce vaccin ne fait rien d'autre que stimuler votre système immunitaire. On ne peut pas modifier un matériel génétique avec un vaccin à ARNm, comme certains le pensent. Mais bien sûr, la plupart des gens n'ont aucune connaissance en biologie cellulaire. Il serait bon que les personnes, qui ont encore des doutes, puissent s'appuyer sur les connaissances des experts. Si j'ai un problème d'électricité à la maison, je fais confiance à mon électricien, n'est-ce pas ? Je ne vais pas discuter du remplacement d'un fusible. Et si vous avez une appendicectomie, vous ne discutez pas non plus avec le chirurgien, n'est-ce pas ?"Pour un virologue, c'est une époque passionnante non ?NEYTS. "C'est très intéressant scientifiquement, mais on s'en lasse un peu. Ça ne s'arrête jamais. D'un point de vue familial, cette période est également très difficile, car mon beau-père est décédé au début de l'année dernière du covid, juste avant qu'il ne soit vacciné. Ma vie sociale n'est pas non plus des plus excitantes en ce moment. Le soir, je suis encore souvent devant l'ordinateur passé les 23 heures.Dormez-vous toujours paisiblement ?NEYTS. (Rires) Je dors tranquillement parce que je suis fatigué. Pendant les premiers mois de la pandémie, je suis resté éveillé en me demandant s'il serait possible de développer un vaccin contre le coronavirus. J'ai d'ailleurs fait des cauchemars à ce sujet. Parce que contre certains virus, il n'est tout simplement pas possible de mettre au point un vaccin. Prenez ces paramyxovirus. Pour la rougeole et les oreillons, nous disposons d'un vaccin fantastique, qui est toujours le même que dans les années 1970. Mais pour le VRS, qui appartient à la même famille, il n'existe pas de vaccin à ce jour. Idem pour le VIH, l'hépatite C, le virus du rhume, l'herpès. Et la liste est longue."