Jean-Philippe Ducart, responsable de la communication de Test-Achats, se prépare à une rentrée compliquée pour les consommateurs. Cela commence par la livraison des voitures en retard, mais cela risque bien de se prolonger à tous les niveaux durant les prochains mois.
...

Jean-Philippe Ducart, responsable de la communication de Test-Achats, se prépare à une rentrée compliquée pour les consommateurs. Cela commence par la livraison des voitures en retard, mais cela risque bien de se prolonger à tous les niveaux durant les prochains mois.Vous évoquez, ce 18 août, de nombreuses plaintes pour des retards de livraison et des frais supplémentaires concernant des voitures neuves. La période de pénuries et de factures en hausse s'annonce compliquée à gérer?Cela commence à monter, c'est évident. Nous avons un nombre croissant de demandes d'informations. Dans le secteur de la voiture, c'est déjà le cas depuis plusieurs mois: il y a des retards considérables de livraison, des difficultés d'obtenir des véhicules avec certaines options, des changements en cours de route...Après la signature, c'est la galère?Oui, c'est la galère, c'est vraiment ça. C'est particulièrement compliqué dans ce secteur-là, je ne sais pas si ce sera le cas dans d'autres, mais on le constate déjà pour des pièces de rechange dans le domaine informatique, par exemple.Et en même temps, il n'y a pas grand-chose à faire?Le mieux, sachant cela, c'est d'anticiper autant que possible et de se prémunir en voyant avec le concessionnaire quelles sont les meilleures conditions et à quelles conditions on peut retomber sur ses pattes si on n'a pas le véhicule à temps, si on ne reçoit pas le bon véhicule... Si le délai de livraison était obligatoire, vous avez le droit d'annuler, mais évidemment, dans ce cas, cela signifie que vous revenez à la case départ. L'autre hypothèse, c'est que si vous acceptez un autre contrat, vous devez négocier au mieux.La période est bousculée pour les consommateurs?Nous allons rentrer dans une période de difficultés, sans vraiment savoir l'anticiper. En situation de crise, on va devoir... gérer la crise! La première répercussion pour les consommateurs, ce sont les fortes hausses de prix évidemment, en raison de la rareté de certains matériaux ou de certains produits, en plus du fait que le prix de l'énergie est à son comble. C'est très compliqué à gérer.Sur l'énergie non plus, il n'y a pas de prise?Rechercher des alternatives! On essaie autant que possibles les consommateurs à en trouver, mais ce n'est parfois pas satisfaisant.Plus que jamais, il faut comparer, changer si besoin...?Oui. C'est la règle, qui vaut d'ailleurs en permanence. Il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous devrons nous adapter. C'est la seule solution. La rentrée va être compliquée, tant au niveau social qu'économique. On pourrait même avoir une nouvelle crise financière: rien n'est exclu. C'est une crise sans précédent, dans toutes ses dimensions.