Avec 371.963 postes de travail occupés par des étudiants, on a quasi retrouvé la même situation qu'en avril-juin 2019 (seulement -3 % en comparaison des 376.923 postes alors), largement au-dessus des chiffres du printemps 2020 (252.177 postes).

Au 2e trimestre 2021, 21,1 millions d'heures de jobs étudiants ont été prestées. Un peu plus que les 20,17 millions des trois mêmes mois en 2019. La chute de 2020 (15,13 millions d'heures) est oubliée.

Mais ces relevés globaux cachent des situations contrastées en fonction des secteurs d'activité. Sans surprise, les activités de service et de soutien aux entreprises (principalement l'intérim) et l'Horeca étaient les principales victimes des paralysies imposées dans certaines branches.

Avec 371.963 postes de travail occupés par des étudiants, on a quasi retrouvé la même situation qu'en avril-juin 2019 (seulement -3 % en comparaison des 376.923 postes alors), largement au-dessus des chiffres du printemps 2020 (252.177 postes). Au 2e trimestre 2021, 21,1 millions d'heures de jobs étudiants ont été prestées. Un peu plus que les 20,17 millions des trois mêmes mois en 2019. La chute de 2020 (15,13 millions d'heures) est oubliée. Mais ces relevés globaux cachent des situations contrastées en fonction des secteurs d'activité. Sans surprise, les activités de service et de soutien aux entreprises (principalement l'intérim) et l'Horeca étaient les principales victimes des paralysies imposées dans certaines branches.