"Le SNI ne veut pas que les commerçants et les professions libérales supportent seuls tous les coûts des paiements électroniques", prévient le Syndicat neutre pour indépendants. A ses yeux, si ceux-ci doivent être rendus obligatoires, tous les 'stakeholders' (banques, consommateurs, fournisseurs de terminaux et gestionnaires de transactions) doivent participer aux coûts.

Le SNI souhaite également plus de transparence dans les coûts de transaction des systèmes de paiement numériques. " Il est également important que le commerçant puisse décider lui-même des méthodes de paiement qu'il souhaite proposer. Le commerçant sait mieux que quiconque comment ses clients (veulent) payer ", justifie l'organisation d'indépendants.

Le Syndicat précise avoir déjà pu évoquer tout cela personnellement avec le ministre des Finances Vincent Van Peteghem et ajoute qu'elle se mettra à nouveau autour de la table 'pour aller plus loin".

"Soyons bien clairs : le SNI veut davantage de paiements cashless. Cela ne signifie pas pour autant que les paiements en liquide ne doivent plus être possibles. Encourageons les paiements électroniques dans tous les domaines avec un plan d'activation positif, clair et qui soit aussi financièrement juste ; nous aurons alors automatiquement moins d'argent liquide", conclut l'organisation d'indépendants.

"Le SNI ne veut pas que les commerçants et les professions libérales supportent seuls tous les coûts des paiements électroniques", prévient le Syndicat neutre pour indépendants. A ses yeux, si ceux-ci doivent être rendus obligatoires, tous les 'stakeholders' (banques, consommateurs, fournisseurs de terminaux et gestionnaires de transactions) doivent participer aux coûts.Le SNI souhaite également plus de transparence dans les coûts de transaction des systèmes de paiement numériques. " Il est également important que le commerçant puisse décider lui-même des méthodes de paiement qu'il souhaite proposer. Le commerçant sait mieux que quiconque comment ses clients (veulent) payer ", justifie l'organisation d'indépendants. Le Syndicat précise avoir déjà pu évoquer tout cela personnellement avec le ministre des Finances Vincent Van Peteghem et ajoute qu'elle se mettra à nouveau autour de la table 'pour aller plus loin". "Soyons bien clairs : le SNI veut davantage de paiements cashless. Cela ne signifie pas pour autant que les paiements en liquide ne doivent plus être possibles. Encourageons les paiements électroniques dans tous les domaines avec un plan d'activation positif, clair et qui soit aussi financièrement juste ; nous aurons alors automatiquement moins d'argent liquide", conclut l'organisation d'indépendants.