La nouvelle du démantèlement temporaire d'un pont historique de la ville de Rotterdam, afin de permettre au nouveau yacht de Jeff Bezos de rejoindre la mer, a mis la ville en émoi. Jeff Bezos se fait construire un yacht, d'une valeur de 430 millions d'euros, à Alblasserdam, près de Rotterdam. Pour rejoindre le large, ce trois-mâts doit passer sous le Koningshavenbrug, un pont bien trop bas pour le voilier du milliardaire américain. Pour permettre le passage du yacht, il faut retirer temporairement la partie centrale de ce pont iconique. Mercredi, une porte-parole avait déclaré que la municipalité de Rotterdam avait répondu favorablement à la demande de démontage. Il n'en fallait pas plus pour que les critiques fusent de partout. D'autant que la ville avait promis, après une rénovation majeure en 2017, de ne plus jamais démanteler l'ouvrage.

Pour l'instant, il n'est pas (encore) question de démanteler le Koningshavenbrug, surnommé affectueusement "De Hef". En effet, selon l'AFP, la municipalité de Rotterdam n'a pour le moment reçu aucune demande de permis pour démanteler temporairement ce pont historique, construit en 1878, afin de permettre le passage du gigantesque yacht de l'ex-CEO d'Amazon.

"Je trouve l'agitation assez particulière. Aucune décision n'a encore été prise, pas même une demande de permis", a déclaré jeudi soir le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, cité par le quotidien Algemeen Dagblad (AD). Les propos du maire ont été confirmés par son porte-parole, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP.

La municipalité prendra sa décision lorsqu'une demande de permis sera bel et bien déposée, a affirmé M. Aboutaleb. Le maire a souligné qu'avant de prendre cette décision, l'intérêt "économique, notamment l'image maritime de notre région" seront évalués, ainsi que l'impact sur le pont. "Est-ce possible sans faire de dégâts ? Et on veut alors savoir si les frais sont bien remboursés par l'acheteur", a-t-il encore déclaré auprès de l'AD.

Que l'acheteur soit une des personnes les plus riches de la planète "n'a absolument rien à voir" dans la prise de cette décision, a ajouté le maire de la ville portuaire. "Il s'agit des faits. Je veux d'abord les connaître", a-t-il poursuivi.

(Avec l'AFP)

La nouvelle du démantèlement temporaire d'un pont historique de la ville de Rotterdam, afin de permettre au nouveau yacht de Jeff Bezos de rejoindre la mer, a mis la ville en émoi. Jeff Bezos se fait construire un yacht, d'une valeur de 430 millions d'euros, à Alblasserdam, près de Rotterdam. Pour rejoindre le large, ce trois-mâts doit passer sous le Koningshavenbrug, un pont bien trop bas pour le voilier du milliardaire américain. Pour permettre le passage du yacht, il faut retirer temporairement la partie centrale de ce pont iconique. Mercredi, une porte-parole avait déclaré que la municipalité de Rotterdam avait répondu favorablement à la demande de démontage. Il n'en fallait pas plus pour que les critiques fusent de partout. D'autant que la ville avait promis, après une rénovation majeure en 2017, de ne plus jamais démanteler l'ouvrage. Pour l'instant, il n'est pas (encore) question de démanteler le Koningshavenbrug, surnommé affectueusement "De Hef". En effet, selon l'AFP, la municipalité de Rotterdam n'a pour le moment reçu aucune demande de permis pour démanteler temporairement ce pont historique, construit en 1878, afin de permettre le passage du gigantesque yacht de l'ex-CEO d'Amazon."Je trouve l'agitation assez particulière. Aucune décision n'a encore été prise, pas même une demande de permis", a déclaré jeudi soir le maire de Rotterdam, Ahmed Aboutaleb, cité par le quotidien Algemeen Dagblad (AD). Les propos du maire ont été confirmés par son porte-parole, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP.La municipalité prendra sa décision lorsqu'une demande de permis sera bel et bien déposée, a affirmé M. Aboutaleb. Le maire a souligné qu'avant de prendre cette décision, l'intérêt "économique, notamment l'image maritime de notre région" seront évalués, ainsi que l'impact sur le pont. "Est-ce possible sans faire de dégâts ? Et on veut alors savoir si les frais sont bien remboursés par l'acheteur", a-t-il encore déclaré auprès de l'AD.Que l'acheteur soit une des personnes les plus riches de la planète "n'a absolument rien à voir" dans la prise de cette décision, a ajouté le maire de la ville portuaire. "Il s'agit des faits. Je veux d'abord les connaître", a-t-il poursuivi.(Avec l'AFP)