"Le continent africain doit bénéficier d'investissements importants et d'un soutien politique à grande échelle pour faire face aux défis mondiaux, tels que le dérèglement climatique, la crise sanitaire mais aussi des question sociales comme la pauvreté et la crise migratoire", a indiqué mardi l'ancien Premier ministre congolais, Adolphe Muzito lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Les investissements ne constituent pas un objectif en soi, mais ils sont nécessaires si l'ont veut arriver à une transformation et des avancées sociales dans les pays africains, a expliqué le leader congolais du parti Nouvel Elan.

Il a notamment expliqué qu'un soutien politique était primordial afin d'assurer la stabilité des gouvernements africains. "Les éventuels investisseurs ont besoin d'une garantie de stabilité", a souligné l'homme politique congolais face à la presse.

Le député congolais a également expliqué que l'Afrique devait se tenir prête à affronter une guerre pour les ressources naturelles sur son sol entre l'Asie et l'Occident.

"Nous espérons que ce sommet permettra d'aboutir à des résultats positifs sur le plan social pour la population africaine. C'est une opportunité pour les deux continents", a-t-il souligné.

"La deuxième hypothèse est celle de l'échec, si l'Occident reste dans la même logique du capitalisme en venant uniquement exploiter les ressources de l'Afrique", a conclu M. Muzito.

La présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a évoqué jeudi dernier, lors d'une conférence de presse aux côtés du président sénégalais Macky Sall, un "programme Afrique-Europe" prévoyant "plus de 150 milliards d'euros d'investissements" sur le continent africain. Le programme sera abordé lors du sommet UE-Afrique.

"Le continent africain doit bénéficier d'investissements importants et d'un soutien politique à grande échelle pour faire face aux défis mondiaux, tels que le dérèglement climatique, la crise sanitaire mais aussi des question sociales comme la pauvreté et la crise migratoire", a indiqué mardi l'ancien Premier ministre congolais, Adolphe Muzito lors d'une conférence de presse à Bruxelles.Les investissements ne constituent pas un objectif en soi, mais ils sont nécessaires si l'ont veut arriver à une transformation et des avancées sociales dans les pays africains, a expliqué le leader congolais du parti Nouvel Elan. Il a notamment expliqué qu'un soutien politique était primordial afin d'assurer la stabilité des gouvernements africains. "Les éventuels investisseurs ont besoin d'une garantie de stabilité", a souligné l'homme politique congolais face à la presse. Le député congolais a également expliqué que l'Afrique devait se tenir prête à affronter une guerre pour les ressources naturelles sur son sol entre l'Asie et l'Occident. "Nous espérons que ce sommet permettra d'aboutir à des résultats positifs sur le plan social pour la population africaine. C'est une opportunité pour les deux continents", a-t-il souligné. "La deuxième hypothèse est celle de l'échec, si l'Occident reste dans la même logique du capitalisme en venant uniquement exploiter les ressources de l'Afrique", a conclu M. Muzito. La présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a évoqué jeudi dernier, lors d'une conférence de presse aux côtés du président sénégalais Macky Sall, un "programme Afrique-Europe" prévoyant "plus de 150 milliards d'euros d'investissements" sur le continent africain. Le programme sera abordé lors du sommet UE-Afrique.